Beyoncé, Megan Thee Stallion et H.E.R. récompensées aux Grammy Awards

Musique | La rappeuse américaine Megan Thee Stallion s'est imposée dimanche comme la "révélation de l'année", Beyoncé devient la chanteuse la plus récompensée de l'histoire avec 28 trophées, tandis que l'artiste R&B américaine H.E.R. a remporté le Grammy Award de la chanson de l'année pour 'I Can't Breathe'.

De Proximus

Partager cet article

A 39 ans seulement, Beyoncé Knowles-Carter arrive désormais également en tête des chanteurs et chanteuses dans l'histoire des récompenses de l'industrie américaine du disque. "Queen Bey" est à égalité avec le producteur Quincy Jones et à trois longueurs du chef d'orchestre classique d'origine hongroise Georg Solti, recordman avec 31 récompenses.

En tête avec neuf nominations, Beyoncé avait déjà reçu entre autres dimanche soir le prix de la meilleure vidéo musicale, partagé avec sa fille aînée Blue Ivy qui figure à ses côtés dans le clip de 'Brown Skin Girl', mais aussi la meilleure chanson rap pour 'Savage'. Son Grammy Awards de la meilleure performance R&B, pour son titre 'Black Parade', a aussi une résonance symbolique alors que le titre célèbre la culture afro-américaine et le militantisme noir. 'Black Parade' était sorti dans la foulée du meurtre de George Floyd et des manifestations de l'été 2020, mais en particulier le 19 juin, jour commémorant la fin de l'esclavage aux Etats-Unis.

C'est la chanson avec le plus de nominations à son actif aux Grammy Awards cette année (quatre, toutes catégories confondues). 'Black Parade' a été loué par la critique pour le chant de Beyoncé mais aussi ses paroles fortes, qui fustigent tout à la fois le racisme, appellent à la mobilisation pour les droits civiques et rendent hommage à la culture noire. Tous les bénéfices de la chanson sont reversés à un fonds créé par la chanteuse pour aider financièrement les petites entreprises détenues par des patrons noirs.

Ordinairement toute en maîtrise, Beyoncé s'est montrée visiblement émue au moment d'accepter le prix qui la portait en tête des artistes féminines. "En tant qu'artiste, je considère que c'est mon travail, notre travail à tous, d'être le reflet de notre époque", a déclaré la chanteuse. "Je voulais soutenir, encourager, célébrer toutes les reines et les rois noirs qui continuent à m'inspirer et à inspirer le monde entier."


H.E.R., Taylor Swift et Megan Thee Stallion

Dans la même vague, l'artiste R&B américaine H.E.R. a remporté dimanche le Grammy Award de la chanson de l'année pour 'I Can't Breathe', hymne réclamant la fin des discriminations raciales et des brutalités policières sorti aussi dans la foulée des manifestations provoquées par le meurtre de George Floyd au printemps dernier.

L'album de l'année a été remporté par Taylor Swift pour 'Folklore', premier de deux disques sortis durant le confinement sur lequel elle embrasse pleinement l'esthétique "cottagecore" du retour aux choses simples et campagnardes, très en vogue aux Etats-Unis.
 
Billie Eilish, révélation l'an passé, a remporté le Grammy récompensant l'enregistrement de l'année avec 'Everything I Wanted'. Cette récompense constitue un exploit, pour une artiste de seulement 19 ans, car elle avait déjà remporté le les quatre récompenses reines l'an passé.

La rappeuse américaine Megan Thee Stallion s'est imposée dimanche comme la "révélation de l'année". Cette récompense ne fait que consacrer le succès de l'artiste après une année marquée par la sortie de son premier album studio 'Good News', son tube 'Savage' avec la participation de Beyoncé sur un remix, et un duo mémorable avec la star Cardi B sur 'WAP'. 'Savage' était devenu un classique instantané sur la plateforme TikTok grâce à une série de chorégraphies avant que Megan Thee Stallion n'aille chercher Beyoncé pour une collaboration sur ce remix, diffusé par surprise en avril 2020 pour financer des aides liées à la pandémie de coronavirus.


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top