'Love, Death & Robots', 'Mudbound', ce qu'il ne faut pas louper sur Netflix

Cinéma | Voici quelques idées pour bien débuter la semaine en compagnie des films et séries disponibles sur Netflix.

De Proximus

Partager cet article

Mudbound

Ce film sorti en 2017 met en scène deux vétérans de la Seconde Guerre mondiale - l'un blanc, l'autre noir – qui retournent dans la campagne du Mississippi, chacun devant faire face, à sa manière, au racisme et aux troubles causés par le stress post-traumatique. Salué par la critique, ce film de Dee Rees ('Pariah') affiche un casting impressionnant: Carey Mulligan, Garrett Hedlund, Jason Clarke, Jonathan Banks et Rob Morgan. On retrouve également Mary J. Blige, qui joue le rôle secondaire de Florence Jackson, l’épouse d’un fermier noir. La chanteuse devenue actrice a été nommée à l’Oscar du meilleur second rôle pour sa prestation.

Borgen, une femme au pouvoir

C'est probablement la meilleure série sur la vie politique. Créée en 2010, 'Borgen' décrit le quotidien et le parcours de Birgitte Nyborg, cheffe du parti vainqueur des élections au Danemark et qui est propulsée Première ministre. Entre luttes politiques, sacrifices et coups tordus, elle va découvrir l’exercice de la plus haute fonction du pays, tout en le conciliant avec sa vie privée. Progressivement, elle sera confrontée à une question majeure: jusqu’où peut-on aller pour obtenir puis conserver le pouvoir ?

Diffusée partout dans le monde, ‘Borgen’ a reçu d’innombrables critiques positives soulignant son intelligence, son rythme palpitant et son casting talentueux. Vous avez aimé House of Cards? Vous allez dévorer ‘Borgen’.


Love, Death & Robots

'Love, Death & Robots' est une anthologie de 18 courts métrages d’animation déconseillés aux âmes sensibles. Plusieurs genres s’y mêlent : science-fiction, fantastique, horreur et comédie. Et chaque mini-fini développe une approche audacieuse et des thèmes hallucinants : un yaourt susceptible, des soldats lycanthropes, des robots déchaînés, des monstres-poubelles, des chasseurs de primes cyborgs, des araignées extraterrestres ou encore des démons de l’enfer assoiffés de sang…

La série est présentée par Tim Miller et David Fincher. Visuellement bluffant, chaque épisode jouit de sa propre patte graphique. Il y en a pour tous les goûts, et vous en aurez vite fait le tour puisque les épisodes sont assez cours: entre 8 et 17 minutes. Une seconde saison est en préparation, mais on en ignore encore la date de sortie.


Feel Good

Les comédies romantiques sont légion sur Netflix. Et pourtant ‘Feel Good’ ne rencontre pas le même succès que les autres contenus du même genre sur la plateforme. Une invisibilité totalement infondée pour les critiques. Le ton utilisé dans la série est peut-être responsable de son impopularité. Malgré l’atmosphère légère de la série, l’intrigue s'attarde sur de réels sujets de société. L’histoire tourne autour de la relation complexe entre deux filles (jouées par Charlotte Ritchie et Mae Martin), qui portent en elles un lourd bagage émotionnel. Mae, humoriste et toxicomane en voie de guérison, tente de contrôler son addiction à la drogue et sa vie affective intense, qui imprègnent chaque facette de sa vie.

Dans la série britannique, Lisa Kudrow, interprète de Phoebe dans 'Friends', est l'un des personnages principaux. Une deuxième saison est en préparation, et ce sera aussi la dernière.

Space Force

Amateurs de 'The Office', cette série est faite pour vous ! 'Space Force' signe le retour de Steve Carell dans une série comique. Le pitch ? Le président américain décide de créer une nouvelle division de l’armée, une force spatiale. Une idée farfelue, pourtant inspirée d’une histoire vraie … Une véritable satire de la gestion douteuse de Donald Trump. On retrouve également l'excellent John Malkovitch, très rare dans les séries, dans le rôle du scientifique en chef de la Space Force. Une seconde saison est en production.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top