D1B - Suspensions et cartes jaunes - Journée 18

Challenger Pro League |
Pour cette 18e journée, des cadors comme Teddy Teuma (Union SG) ou Georges Mikautadze (RFC Seraing) retrouvent le terrain après avoir purgé leur suspension. D'autres titulaires commencent la leur. Et 19 joueurs sont sur le fil du rasoir...
 

De Tagtik

Partager cet article

Le RWDM devra se passer de Gilles Ruyssen pour son déplacement au KMSK Deinze. Le défenseur central a pris une cinquième carte jaune face à l'Union SG et est donc automatiquement suspendu pour une rencontre. Le KVC Westerlo ira au Club NXT sans Abdul Kader Keita, lui aussi pour abus de cartes jaunes. Mais le cas du joueur français a suscité quelques commentaires.
 
A la fin du match contre le Lierse Kempenzonen (qui était alors plié), Keita a arraché la balle des mains de son adversaire en montrant des signes d'énervement manifestes et l'arbitre du match l'a logiquement averti, ce qui le prive du match face à la lanterne rouge de Club NXT. "J'ai trouvé ce geste stupide", a expliqué Bob Peeters à la fin du match. "Si c'est moi qui lui ai suggéré de prendre une cinquième carte avant de jouer au Club NXT? Je ne demanderai jamais à un de mes joueurs de prendre un carte volontairement... Peut-être un de mes assistants?"
 
Le KVC Westerlo est en tout cas la seule équipe qui n'a plus le moindre joueur sous la menace d'un cinquième carton. Toutes les autres équipes devront faire attention ce week-end. 
 
Voici la liste des joueurs comptant 4 avertissements:
 
Union SG
Mathias Fixelles
 
RFC Seraing
Gérald Kilota, Iebe Swers, Theo Pierrot
 
Lommel SK
Robin Henkens, Laurent Lemoine, Glenn Neven, Manfred Ugalde
 
SK Deinze
Siebe Blondelle, Lennart Mertens, Alessio Staelens
 
RWDM
Karim Abdoul Dante, Lenny Nangis, Nicolas Rommens, Mehdi Terki
 
Lierse Kempenzonen
Timo Cauwenberg
 
Club NXT
Xander Blomme, Nathan Fuakala, Ignace Van Der Brempt

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top