Coronavirus : la NBA résiste, mais pour combien de temps encore ?

Basket |

Après avoir boulversé la saison dernière de NBA, emmenant les équipes dans une bulle à Orlando pour clôturer le championnat, le coronavirus fait son retour aux abords des parquets. Pour l’instant, la Ligue tient le coup, mais de plus en plus de franchises sont touchées.

De Pickx

Partager cet article

La nuit dernière, 10 matches de NBA étaient au programme. Mais 3 n’ont pu avoir lieu à cause de la pandémie de Covid-19. Depuis la reprise de la compétition le 22 décembre dernier, 13 matches ont du être remis. Un chiffre plutôt honorable sauf que sur ces rencontres, 12 d’entre elle ont été remises depuis dimanche dernier. 

Une donnée qui prouve bien que les choses se compliquent pour les franchises. Pour le moment, Adam Silver, le président de la NBA, tient bon et durcit même les protocoles. Mais si la tendance ne s’inverse pas, il sera difficile d’aller au bout de cette saison en une fois. 

Des remises sur le fil 

Pour l’instant, l’équipe la plus touchée par la Covid-19 est celle de Washington. Les Wizards du duo Beal/Westbrook ont déjà vu 4 de leurs matches reportés, et le chiffre va grimper à 6 puisque les duels de dimanche et lundi face à Cleveland sont déjà remis. L’équipe de la capitale compte 6 joueurs infectés par le virus et a même fermé ses installations depuis le début de la semaine. Elle devrait retrouver les parquets mercredi. 

Si des remises sont annoncées en avance, d’autres ont lieu juste avant les matches. Cela a été le cas ce vendredi pour la partie entre les Timberwolves du Minnesota et les Grizzlies de Memphis. En effet, 2 heures avant le duel, Karl-Anthony Towns, le pivot vedette des Timberwolves, a annoncé qu’il avait reçu un test de dépistage positif au virus. Avec les règles des cas contact, la franchise ne pouvait pas aligner 8 joueurs pour la partie.

Un protocole durci mais aussi critiqué

Pour faire face à cette recrudescence des cas dans sa Ligue, Adam Silver et ses équipes ont décidé de durcir un peu plus le protocole sanitaire. Déjà testés la veille des matches via un test PCR et le matin même grâce à un test rapide, les joueurs et arbitres devront subir un nouveau test PCR les jours de match afin d’obtenir le résultat au moins 1 heure avant la rencontre. 

Et si la Ligue avait quelque peut adouci les mesures avant le début de cette nouvelle saison, elle hausse maintenant le ton en limitant les déplacements des joueurs. Ils ne peuvent maintenant quitter leur domicile que pour faire les courses ou s’entrainer. Leurs interactions doivent être limitées à celles avec les membres de leur famille et tout personnel travaillant régulièrement à leur domicile. Et lorsqu’ils sont en déplacement, ils ne peuvent quitter leur hôtel sous aucun prétexte. 

Des règles pas forcement bien accueillies par tous, à l’image du vétéran d’OKC, George Hill. « On veut jouer au basket… mais je ne comprends pas certaines de ces règles. On peut transpirer avec un gars à côté de nous pendant 48 minutes, mais on ne peut pas se parler après. Ça n’a pas de sens. Je suis un adulte, alors je vais faire ce que j’ai envie de faire. Si je veux aller voir ma famille, je vais aller voir ma famille. Ils ne peuvent pas me dire ce que je dois faire. Et si la maladie était si sérieuse, peut-être que nous ne devrions pas jouer. »

Des propos qui résument bien le dilemme pour les joueurs, mais si le basket devait de nouveau s’arrêter, ce seront bien eux les premiers touchés. Les jours qui arrivent risquent d'être décisifs pour l'avenir de la saison. 

 

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top