Les meilleurs films cultes belges

Pas de festivals, pas de représentations théâtrales, pas de concerts et des cinémas fermés... Le secteur de la culture est en difficulté. Depuis près d'un an, le secteur souffre de la propagation du coronavirus. Afin d'encourager la culture, Proximus Pickx a sélectionné quelques films cultes bien de chez nous.

Rosetta (1999)

C’est en 1998, après avoir répondu à un casting des frères Dardenne qu’Émilie Dequenne fut choisie parmi pas moins de 2000 candidates pour interpréter le rôle de Rosetta. Ce film réaliste aux allures de documentaire reçut la Palme d’Or à Cannes en 1999. Il retrace la vie d’une jeune fille de 18 ans nommée Rosetta qui vient de perdre son emploi et qui devra mener un combat difficile pour en trouver un autre.

Ce film valut à l’actrice le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes la même année.

Tueurs (2017)

Pour les fans de polar et de films de gangsters, voici le film belge qui a fait le buzz ! Après 10 années passées en prison, François Troukens s'est remis sur les bons rails. Il a décroché un diplôme universitaire et s'est ensuite fait un nom dans les médias. 'Tueurs' est son premier film en tant que réalisateur. Ce film noir s’inspire de la bande des Tueurs du Brabant qui commirent de nombreux braquages sanglants dans les années 80 en Belgique et en France.

Au casting, on retrouve Olivier Gourmet, Bouli Lanners, Lubna Azabal et Kevin Janssens. Le film est nommé dans presque toutes les catégories aux Magritte 2019.

La Merditude des Choses (2009)

L'action se déroule dans les années 80 au sein d'une famille de marginaux installée dans un village flamand. Âgé de 13 ans, Gunther Strobbe mène une vie compliquée. Il vit avec sa grand-mère, son père et ses trois oncles. Le quotidien de ces hommes est de boire, de séduire et de passer du temps dans les cafés. Une attitude que Gunther admire et aimerait suivre, jusqu’au jour où une assistante sociale tente de le sortir de là.

À l'affiche, on retrouve Johan Heldenbergh, l'acteur fétiche du réalisateur Felix Van Groeningen.

Alabama Monroe (2012)

Fan de musique country, Didier, homme plutôt posé, joue du banjo dans un groupe de bluegrass et vit seul dans une ferme, dormant dans une caravane. Un jour il rencontre Élise, jeune femme pleine de vie, propriétaire d'un salon de tatouage, et en tombe éperdument amoureux. Peu après leur rencontre, une naissance s'annonce. Pour Élise et leur futur enfant, Didier retape sa ferme tandis qu'Élise devient chanteuse de son groupe, The Broken Circle Breakdown.

Autre chef-d'œuvre de Félix Van Groeningen, on retrouve Johan Heldenbergh et Veerle Baetens dans les rôles principaux. Le film a remporté le César du meilleur film étranger et a été nommé pour l'Oscar du meilleur film.

Tête de bœuf (2011)

Jacky Vanmarsenille, un éleveur de Saint-Trond, coopère avec la mafia dans le trafic d'hormones. Après la mort d'un policier, l'étau d'une enquête policière se resserre sur lui.

À l'affiche du film Rundskop, nom initial de ce film flamand, Matthias Schoenaerts crève l’écran dans cette histoire bouleversante, signée du réalisateur Michaël R. Roskam. Sélectionné au prestigieux festival de Berlin, le film rencontre un succès sans précédent au-delà des frontières belges. La prestation de Matthias Schoenaerts, alors âgé de 24 ans, est saluée à juste titre aux quatre coins du monde.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top