Hors d’Angleterre, le retour de Leeds United en Premier League avait de quoi séduire : le jeu de Bielsa et un club historique retrouvaient l’élite. Mais en Albion, tout le monde n’est pas de cet avis. Là, Leeds est détesté.
Chez nos voisins britanniques, détester Leeds est quelque chose de normal. C’est même recommandé dans certaines familles, sans que les plus jeunes sachent réellement pourquoi. En effet, Leeds United est peut-être le club le plus détesté du pays de Sa Majesté.
 
Mais ici, on ne parle pas d’une haine liée à une Histoire construite avec l’argent, comme Manchester City voire Chelsea. C’est bien plus profond dans le cas des Peacocks. Un désamour qui remonte loin, il y a près de 60 ans.
 
Dirty Leeds

Si aujourd’hui Leeds United est un petit poucet de Premier League, il n’en a pas toujours été ainsi. Au début des années 60, Don Revie prend les commandes de l’équipe. Leeds United est alors en D2 mais avec son nouvel entraineur, l’équipe commence à enchainer les bons résultats. En 1964, c’est le titre en D2, suivi d’une brillante deuxième place en D1 en 65 avant la consécration en 69 et le titre de champion d’Angleterre. En 1968, le club avait déjà remporté la Coupe des Villes de Foire, l’ancêtre de l’Europa League. Il remettra le couvert en 1971.
 
Mais pour arriver à ses résultats, la machine à gagner est aussi une machine à broyer. Leeds United développe en effet un jeu particulièrement rugueux, méchant et vicieux qui lui vaudra le surnom de Dirty Leeds. Pendant 15 ans, les hommes de Revie joueront comme des bouchers. Et quand Brian Clough débarqua en 1974 en voulant changer la mentalité et le jeu de l’équipe, il fut licencier au bout de 40 jours à peine.
 
Le hooliganisme dur

Leeds s’est aussi tristement rendu célèbre par ses hooligans. En 1975, lors de la finale perdue de Coupe des Clubs Champions à Paris face au Bayern Munich, les membres du Leeds United Service Crew avaient arrachés des sièges du Parc des Princes pour les lancer sur la pelouse en signe de protestation. Ils avaient ensuite affronté la police française. Résultat : exclusion du club des coupes d’Europe pendant 4 ans, ramené à 2 ans en appel.
 
En 1990, quand le club était remonté en première division, les supporters de Leeds, pour fêter la montée, n’avaient rien trouver de mieux que saccager la ville de Bournemouth…
 
Des chants anti à travers toute l’Angleterre

30 ans plus tard, la haine autour de Leeds est toujours bien vivace. L’an dernier, un sondage auprès des fans des clubs de Championship avait montré que Leeds était détesté par 74% des répondants !
 
Une haine qui se matérialise par les chants de supporters. A travers toute l’Angleterre et ses nombreux clubs, on dénombre pas moins de 117 chants anti-Leeds ! Aucun club ne cristallise autant un tel désamour. Malgré le jeu attrayant proposé aujourd’hui par les hommes de Bielsa (sans pour autant que les résultats suivent), le club continue encore et toujours à être détesté.