David Fincher est-il vraiment le réalisateur le plus dérangeant d'Hollywood ?

La BBC a récemment décrit David Fincher comme le réalisateur le plus perturbant d'Hollywood. Le média public britannique a peut-être raison, même si d’autres noms pourraient entrer dans la compétition pour revendiquer ce titre. 

David Fincher donne l'impression d'être un paria à tous les niveaux. Il est considéré comme un maître artistique à Hollywood et ne répond pas immédiatement au goût du grand public. Pourtant, même dans les milieux les plus cinéphiles où Quentin Tarantino, Wes Anderson et Denis Villeneuve ont une statue, le nom du réalisateur américain n'apparaît guère.

De nombreux spécialistes du "cinéma d'art et d'essai" ne mettraient jamais Fincher dans le même moule que Bong Joon-ho et de Tarkovsky, par exemple, en raison de son association avec le côté commercial et clinquant d'Hollywood. Malheureusement pour lui, le natif de Denver navigue entre deux eaux.

Le côté macabre

Qu'à cela ne tienne ! David Fincher a dirigé de nombreux films récompensés, du drame policier avec 'Seven' aux thrillers psychologiques comme 'Fight Club' et 'Zodiac'. Parfois, il s'est également laissé aller à réaliser des films biographiques qui exposent tous les aspects de l’homme, comme 'The Social Network' et 'Mank'. 

Un mot est souvent utilisé pour décrire ce réalisateur: macabre. Gregory Womack de la BBC s’en est pris à Fincher pour le catégoriser de cinéaste le plus dérangeant d’Hollywood. Il est vrai que l'Américain de 58 ans recherche souvent les côtés les plus sombres de l'humanité, comme le mentionne Womack. Si l'on se rappelle de certaines scènes emblématiques, comme Edward Norton se battant devant son patron dans 'Fight Club' ou le meurtre sanglant du protagoniste dans 'Gone Girl', on peut dire que le réalisateur n'a pas peur du sinistre. Il tend naturellement vers des scénarios sombres, auxquels Hollywood est moins habitué.

Un style bien à lui

Cependant, d’autres noms de cinéastes à Hollywood comme les frères Coen, Darren Aronosfky ou même Villeneuve peuvent nous paraître encore plus sombres et plus perturbants que Fincher. 

Ce qui est vrai, cependant, c'est que Fincher élève le sinistre au rang d'art avec son imagerie et son exécution sophistiquées. La meilleure preuve est peut-être son grand opus 'Seven' et la scène finale au suspense insoutenable. "Qu'est-ce qu'il y a dans la boîte ?" est une citation qui a marqué l'histoire du cinéma. Le téléspectateur reçoit l'information en même temps que le protagoniste, et doit prendre une décision. Il crée une attente qui est méticuleusement, subtilement et magistralement construite. Brad Pitt est de plus en plus nerveux, tandis que Kevin Spacey donne une impression de confiance et de stabilité - un beau contraste. La classe de David Fincher éclabousse l’écran.

Si vous attendez des fins heureuses pour les personnages principaux de Fincher, c’est mission impossible. Il n’y en a pas. C’est ce qui démarque le cinéaste des autres productions hollywoodiennes destinées au grand public. Il montre bien que la vie est plus complexe qu’un "happy ending" et que tout ne finit pas par s’arranger et c’est ce que l’on apprécie. On gardera en mémoire ce genre d’histoires plus longtemps. 

Nous ne savons pas si Fincher est le cinéaste le plus dérangeant d'Hollywood. Mais nous sommes convaincus qu'il mérite au moins une plus grande reconnaissance pour son travail accompli.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top