Nicolas Bedos, un auteur d'exception à qui la notoriété a joué des tours

Cinéma |

Ce soir, La Trois diffuse ‘Monsieur et Madame Adelman’, le premier film de Nicolas Bedos. Avant de passer derrière la caméra, le fils de l’humoriste Guy Bedos s’était mis dans la lumière, par ses nombreux coups d’éclat en télévision et en radio. Mais cette notoriété soudaine lui a beaucoup desservi. C’est pourquoi il préfère aujourd’hui rester dans l’ombre, laissant parler uniquement sa plume exceptionnelle.

De Proximus

Partager cet article

Se faire un nom en tant que "fils ou fille de" est une toujours une tâche compliquée. Quand on est le fils de Guy Bedos, c’est presque mission impossible. L’humoriste français, décédé il y a quelques mois, était célèbre pour ses spectacles et ses rôles au théâtre et au cinéma, mais aussi pour ses engagements publics et ses polémiques. Guy Bedos ne se gênait pas pour clamer haut et fort son avis, quitte à choquer et à se mettre beaucoup de gens à dos. Mais les chiens ne font pas des chats, comme on le verra…

Nicolas suit rapidement les traces de son père. À la vingtaine, il co-écrit avec lui des sketchs pour ses spectacles. Il travaille aussi pour Canal +, où il participe à l’écriture de plusieurs programmes audiovisuels, souvent humoristiques. À 24 ans, il signe sa première pièce de théâtre, intitulée ‘Sortie de scène’ et dans laquelle son père tient le rôle principal. L’oeuvre est saluée par la critique et nommée aux Molières, ce qui confère à son auteur une première notoriété. Nicolas Bedos continuera d’écrire plusieurs pièces de théâtre dans les années 2000. 

Une médiatisation toxique

Dans les années 2010, le jeune dramaturge se tourne vers des formats plus courts. Il tient des chroniques hebdomadaires dans ‘Marianne’ ou ‘Elle’. Ses écrits sont compilés dans des livres, qui rencontrent un franc succès.

Dans le même temps, il se met en évidence à la télévision dans l’émission ‘Semaine critique !’ de Franz-Olivier Giesbert. Il y tient aussi une chronique, dans laquelle il n’hésite pas à frapper fort devant des invités de tous bords. Si Bedos crée parfois la polémique, le grand public découvre et apprécie son style, sa poésie et son humour mordant. En 2013, il intègre l’équipe de ‘On n’est pas couché’, l’émission de Laurent Ruquier. Ses chroniques ponctuelles illustrent son sens de la provocation et son côté irrévérencieux. Comme son père, Nicolas Bedos exprime des positions tranchées, mais toujours avec style et intelligence. Le meilleur exemple étant son passage consacré à l’humoriste Dieudonné, pointé du doigt pour ses sketchs ciblant régulièrement les Juifs. La séquence fera couler beaucoup d'encre. 



Avec ses interventions médiatiques, Nicolas Bedos fait beaucoup parler de lui. Si une partie du public apprécie sa liberté de ton, beaucoup condamnent ses "dérapages". Or, comme son père, il aime la confrontation et se plaît à répondre à ses détracteurs. Nicolas Bedos se taille alors une réputation de jeune bobo arrogant et prétentieux, avide de lumière. Son passé avec la drogue refait surface. Le jeune homme avoue avoir consommé durant sa jeunesse, mais assure ne s’être plus drogué depuis longtemps. En octobre 2013, un sondage Voici classe Nicolas Bedos parmi les personnalités les "plus détestées des Français".

S’épanouir dans l’ombre

Face à cette exposition médiatique qui prend une mauvaise tournure, Nicolas Bedos décide de prendre du recul. Il se met en retrait de la vie publique et en termine avec ses chroniques télé et radio pour se consacrer uniquement à l’écriture. Le trentenaire est notamment attiré par le cinéma. Après avoir déjà tâté les plateaux de tournage (‘L'Amour dure trois ans', 'Amour et Turbulences') et co-écrit plusieurs scénarios (‘Les Infidèles’), Nicolas Bedos veut réaliser son propre film

En 2017, il sort son premier long-métrage, ‘Monsieur et Madame Adelman’. Il en signe le scénario et la réalisation et y joue le premier rôle, aux côtés de sa compagne de l’époque Doria Tillier. Deux ans plus tard, Nicolas Bedos sort son second film, ‘La Belle Epoque’. L’oeuvre est ovationnée par la critique et décroche onze nominations aux Césars. Elle remportera celui du meilleur scénario.

Car c’est indéniable, Nicolas Bedos est un auteur d’exception. De ses premières pièces aux scénarios de ses films, en passant par ses livres et chroniques, le fils de Guy fait toujours mouche dès qu’il prend la plume. Dans ‘Monsieur et Madame Adelman’, il raconte de manière douce et puissante les 50 ans de vie commune d’un couple atypique. L’intrigue est passionnante et touchante, les dialogues sont fins et intelligents. Nicolas Bedos propose un véritable voyage romanesque, teinté d’humour et d’amour.

Et c’est ce que l’écrivain sait faire de mieux. Si le trop-plein de lumière lui a fait défaut, tant il n’est pas adapté, tout comme son père, à la sphère médiatique politiquement correcte, Nicolas Bedos a tout intérêt à laisser parler uniquement son oeuvre, car il n’en obtiendra que des louanges

'Monsieur et Madame Adelman' est à voir ce soir à 22h35 sur La Trois. 
 

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top