Ces chutes qui ont marqué l’histoire du Tour de France

La 18e étape du Tour de France conduira le peloton au Cormet de Roselend. Une ascension qui ravive le souvenir de la chute spectaculaire de Johan Bruyneel dans un ravin en 1996. Proximus Pickx vous rafraîchit la mémoire et revient sur quelques-unes des chutes les plus mémorables de l'histoire du Tour.

Après des routes en faux plat pendant environ 25 kilomètres, l'ascension du Cormet de Roselend se dressera sur la route des coureurs aujourd'hui. C’est dans la descente de ce col que Johan Bruyneel était tombé dans le ravin en 1996. Par miracle, il en est ressorti en un seul morceau et est même remonté sur son vélo quelques instants plus tard. Mais Bruyneel ne fut ni le premier et ni le dernier coureur à goûter au bitume sur le Tour.

Juan Antonio Flecha et Johnny Hoogerland (2011)

Alors qu’il se trouve dans l’échappée du jour au Tour 2011, Juan Antonio Flecha est renversé par une voiture de la télévision française, qui voulait dépasser le groupe de tête mais doit faire un écart pour éviter un arbre. L'Espagnol s'écrase sur l'asphalte et entraîne dans sa chute Johnny Hoogerland, qui se retrouve projeté dans les barbelés sur le bord de la route. Le Néerlandais, victime de sévères coupures, repart avec les jambes ensanglantées. Ce jour-là, les deux coureurs ont reçu le prix de la combativité.

Mark Cavendish (2017)

La superstar du cyclisme et champion du monde de l’époque Peter Sagan fut expulsé du Tour en 2017 après avoir, selon le jury, "mis en danger d'autres coureurs et provoqué la chute de Mark Cavendish en plein sprint". Dans le sprint final de la quatrième étape vers Vittel, Cavendish tente de dépasser le champion du monde par la droite, mais ce dernier lui ferme la porte. Résultat: la bombe du sprint britannique heurte les barrières puis est projeté au sol. Ben Swift et John Degenkolb ne peuvent éviter le Britannique et chutent à leur tour. Ses blessures ont forcé Cavendish à quitter la course.
 
Quelques années auparavant, le sprinteur était également lourdement tombé à Harrogate, après avoir tenté de forcer le passage de manière peu régulière dans un sprint côte à côte avec l'Australien Simon Gerrans. Le Britannique n’avait pas pris le départ de l’épreuve le lendemain.

Giuseppe Guerini (1999)

Un autre incident gravé dans la mémoire collective du cyclisme est la chute de Giuseppe Guerini qui, alors qu’il est en route vers la plus belle victoire de sa carrière lors de l’ascension de l'Alpe d'Huez en 1999, heurte un photographe amateur trop zélé à quelques mètres du sommet. Guerini n’a pas réussi à éviter l’homme, resté trop longtemps planté au milieu de la route. Heureusement, l’Italien a pu remonter sur son vélo directement et remporter l'étape.

Joseba Beloki (2003)

C’est l’une des images les plus fortes de l’histoire de la Grande Boucle. Lors de la 9e étape du Tour de France 2003 entre Bourg-d'Oisans et Gap, le coureur espagnol Joseba Beloki chute lourdement dans une descente. Lance Armstrong, qui le suivait de très près, n’a alors d’autre choix que de couper à travers champs pour éviter de tomber à son tour. Deuxième au classement général, l’Espagnol est contraint à l'abandon, souffrant de multiples fractures, au fémur, au coude et au poignet droit.

Wilfried Nelissen (1994)

L'une des chutes collectives les plus spectaculaires du Tour eut lieu à Armentières. En plein sprint massif, notre compatriote Wilfried Nelissen, la tête dans le guidon, fonce tout droit sur un gendarme positionné un peu trop loin des barrières. Ce dernier aurait voulu prendre une photo à la demande d'une fillette qui se tenait près de lui.

Complètement groggy mais sans blessure grave, Nelissen ne se réveillera que quelques heures plus tard dans un hôpital lillois, où, selon la légende, ses premiers mots furent: "Ai-je gagné?”
 
Dans le sillage de Nelissen, Laurent Jalabert fut la plus grande victime de ce 3 juillet 1994. Le Français souffrit de plusieurs fractures et ne remontera sur un vélo que des mois plus tard. Quant au gendarme, il s'en est tiré avec une double fracture à la jambe droite.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?