Reprenez du poil de la bête avec ces barbus célèbres

Cinéma | Le premier samedi de septembre est un grand jour pour les propriétaires d'un visage poilu. Il s'agit, en effet, de la journée mondiale de la barbe ! Une barbe soignée est cruciale pour l'apparence et l'image de beaucoup d'hommes. Proximus Pickx a vérifié quelles célébrités ont perdu leur barbe sauvage ou non. C'est à vous de décider quel look leur convient le mieux : barbe ou sans barbe ?

De Proximus

Partager cet article

Zach Galifianakis

L'un des plus célèbres barbus errant à Hollywood. Le comédien/acteur américain d'origine grecque, connu pour la comédie "Very Bad Trip", a créé une onde de choc début 2013 lorsqu'il est est apparu en public sans sa barbe sauvage. Jugez par vous-même quelle version vous préférez.

Ryan Reynolds

Un joli barbu qui respire la classe et le charme. Reynolds s'est montré à Hollywood pour la première fois à 21 ans avec un visage lisse et imberbe. Il est apparu pour la première fois en public avec une barbe taillée en 2005. Depuis lors, avec sa barbe, il est devenu un parangon de distinction et d'élégance masculine.

Jake Gyllenhaal

Jake Gyllenhaal est la preuve vivante qu'une barbe peut faire la différence entre mignon et sexy. L'acteur porte sa barbe comme un patron : la barbe lui donne un air plus mature et plus dur.

George Clooney

La barbe de Clooney s'adapte parfaitement à sa tête ovale. Sa barbe était si populaire auprès des fans qu'ils ont fait l'éloge de l'acteur comme étant le roi de la barbe style "sel et poivre". Le terme "sel et poivre" fait référence aux deux couleurs qui apparaissent dans la barbe et la moustache : les poils blancs et/ou gris, mélangés à la couleur naturelle des cheveux.

Daniel Day-Lewis

Cet acteur stylé montre de plus en plus de classe avec les années. La pilosité de son visage lui donne le look britannique classique dont raffolent de nombreuses personnes.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top