Qui sera le meilleur grimpeur du Tour?

On le répète depuis des semaines: le Tour 2020 sera montagneux. Outre le maillot jaune, une autre vareuse pourrait donc être fort disputée: le maillot à pois. Car, avec 29 cols et ascensions, le parcours proposera une abondante récolte de points dans les sommets. Qui sont les favoris au titre de roi de la montagne?

Les grimpeurs sont à la fête cette année. Les cols des Alpes, du Massif central et du Jura nous promettent de belles bagarres, à la force des mollets. Les baroudeurs et puncheurs chasseront assurément les victoires d’étapes, mais, à force, certains seront peut-être tentés de réitérer les exploits pour glaner le maillot à pois. Après tout, sur une Grande Boucle aussi accidentée, le trophée aura un cachet supplémentaire

Mais le titre de meilleur grimpeur pourrait également être un lot de consolation pour des favoris du général qui finiraient par être distanciés. La lutte sera donc ouverte, mais rappelons-le, décrocher le maillot à pois demandera avant tout de la régularité. Il ne suffira pas de remporter l’une ou l’autre étape fructueuse, mais de rester constamment parmi les premiers dans les sommets. Un défi de longue haleine.

Les Français

À ce petit jeu-là, Romain Bardet a déjà montré qu’il savait y faire, en remportant le classement de la montagne l’an passé. Cette année, le leader d’AG2R a indiqué qu’il ne viserait pas le général, mais il ne cache pas non plus son envie de porter le maillot jaune. Il ne sera donc pas surprenant de le voir à l’attaque dans les ascensions. Si les jambes suivent, le grimpeur français, connu pour sa régularité, pourrait être un sérieux prétendant à sa propre succession. 

Autre candidat de poids: le lauréat 2018 de la tunique à pois, Julian Alaphilippe. Véritable animateur du Tour l’an dernier, le coureur de Deceuninck-Quick Step n’aura pas de vue sur le maillot jaune sur cette 107e édition. Il jouera sa carte sur les victoires d’étapes, sans doute dès la première semaine, et pourrait rapidement endosser la vareuse du meilleur grimpeur. Reste à voir s’il aura le souhait - et la possibilité - de le garder. 

Seul bémol pour les deux Français: ils seront sous surveillance rapprochée du peloton. Les autres formations connaissent leurs qualités et ne devraient pas leur laisser trop de libertés, de peur de voir Bardet ou Alaphilippe venir titiller leurs leaders. 

Les baroudeurs

Les autres concurrents viendront probablement d’une équipe qui ne vise pas le général. Les bons grimpeurs des teams Jumbo-Visma, Ineos ou encore Arkéa-Samsic travailleront uniquement pour leur leader et n’auront pas voix au chapitre. C’est donc plutôt du côté des baroudeurs qu’il faut se tourner. Citons pour commencer les Belges Tiesj Benoot (Sunweb) et, surtout, Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), 2e du classement en 2016 et 3e en 2017. Ces habitués des longues échappées pourraient rapidement gratter des points et monter au classement. Pourquoi ne pas en faire un objectif final? 

La surprise pourrait également venir d’Adam Yates (Mitchelton-Scott), Pierre Roland (B&B Hotels-Vital Concept) ou encore Guillaume Martin (Cofidis). 

Le cas de Warren Barguil, vainqueur du maillot à pois en 2017, est plus complexe. Le Français d’Arkéa-Samsic pourrait être un fameux candidat, mais il sera d’abord au service de son leader Nairo Quintana, candidat au maillot jaune. Difficile donc pour lui d’aller jouer les offensives à l’avant. Sauf en cas de défaillance du Colombien, ce qui offrirait alors un bon de sortie à Barguil. 

Les leaders

Si aucun candidat naturel ne se profile, il se pourrait bien que le maillot à pois revienne à l’un des leaders du général. Les Egan Bernal, Primoz Roglic, Thibaut Pinot ou Nairo Quintana devraient s’expliquer sérieusement sur les cols de la troisième semaine, et ainsi récolter indirectement des points dans la montagne. L’un de ces favoris pourrait également se retrancher sur le titre de meilleur grimpeur si ses ambitions pour le maillot jaune venaient à être anéanties, du fait de son incapacité à rester au contact de ses rivaux.

Il faudra également tenir à l’oeil des outsiders comme Mikel Landa (Bahrain-McLaren), Tadej Pogacar (UAE Emirates) ou Sergio Higuita (Education First). S’ils visent un bon classement général, ces excellents grimpeurs devraient se retrouver tôt ou tard à l’avant de la course.  

On le voit, les candidats potentiels sont nombreux. Si le maillot à pois n’est sans doute pas un objectif en soi en ce début du Tour, il pourrait le devenir au fil de la course. Une chose est sûre: qui voudra s’en emparer à Paris devra tenir sur la longueur. Le Tour s’annonce difficile et les défaillances ne sont pas exclure, vu la courte préparation. Terminer meilleur grimpeur de cette tournée 2020 sera un formidable exploit.

Retrouvez toutes les infos sur le Tour de France via ce lien.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?