Cinq grands classiques du maître du suspense Alfred Hitchcock

Alfred Hitchcock est un monument du genre de l'horreur au cinéma. Le Britannique a rendu son dernier soupir il y a quarante ans, mais son héritage est toujours bien vivant. Retour sur cinq de ses plus grands films.

5. Les Oiseaux (1963)

Après le succès retentissant de "Psychose", la popularité d'Hitchcock explose à nouveau avec une histoire oppressante d'oiseaux meurtriers. Tippi Hedren brille dans la peau d'une riche yuppie de San Francisco qui suit son son bien-aimé (Rod Taylor) dans un petit village de Californie du Nord.

Mais sa nouvelle vie est perturbée lorsque des oiseaux se mettent soudainement à attaquer des personnes au hasard. Le film, dont le tournage fut marqué par le comportement indécent d’Hitchcock envers l'actrice principale Hedren, risque bien de changer pour quelques temps votre regard sur nos amis les volatiles.

4. L’Ombre d’un doute (1943)

Quiconque aurait osé mettre en doute la valeur de "L'Ombre d'un doute" se serait fait reprendre par le maître de l'horreur himself: le cinéaste a souvent considéré ce film comme l'un des temps forts de sa riche carrière. Teresa Wright y campe Charlie Newton, une adolescente qui s'ennuie dans le paisible hameau de Santa Rosa et qui attend avec impatience l'arrivée de son Oncle Charlie Oakley (Joseph Cotten), auquel elle est très attachée. Mais la jeune et téméraire Charlie découvre bientôt que son oncle pourrait bien être le redouté "tueur de veuves” que recherche la police.

Bien que le film figure en bonne place dans la liste personnelle d'Hitchcock, il fut snobé par le comité des Oscars. À tort, car Cotten crève l'écran en incarnant un personnage à deux facettes.

3. La Mort aux trousses (1959)

Voici un petit bijou de divertissement qui a résisté à l'épreuve du temps. Au sommet de son art, Cary Grant prête ses traits à un publicitaire new-yorkais vaniteux embourbé dans un tissu de mensonges et de machinations lorsqu'il se retrouve par erreur dans la peau d’un espion. Il tente alors de sauver sa peau en sillonnant le pays, tandis qu'il entame une romance avec une mystérieuse jeune femme (Eva Marie Saint).

Bon pour une nomination aux Oscars, le scénario d'Ernest Lehman a permis à Hitchcock de sortir ses décors et ses cascades les plus impressionnants, comme une course-poursuite avec un avion épandeur dans un champ de maïs et une descente du Mont Rushmore à vous glacer le sang. Ce savoureux divertissement recèle une bonne dose d’humour, ce qui en fait certainement film le plus amusant du maître de l’horreur.

2. Psychose (1960)

Avec "Psychose", Hitchcock a quitté les sentiers battus d’une horreur polie et soignée qui a fait sa renommée dans les années cinquante. Sa nouvelle approche était plus grisebrute et granuleuse. Le film est un véritable électrochoc dans une Amérique conservatrice.

Le public s'attendait à un autre thriller élégant du "Maître du suspense", mais il a eu droit à une histoire sanglante en noir et blanc. Une secrétaire désespérée (jouée par Janet Leigh, nominée aux Oscars) vole 40 000 dollars à un client de son patron et s'enfuit. Elle se cache dans un motel dirigé par le solitaire Norman Bates (Anthony Perkins) et sa mère. La scène iconique du film voit alors la jeune femme se faire cruellement poignardée dans sa douche, au son glacial et strident du violon de Bernard Herrmann.

Soixante ans après sa sortie, "Psychose" est toujours considéré comme un chef-d'œuvre terrifiant et passionnant. Le film a valu à Hitchcock sa cinquième et dernière nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur réalisateur. Malheureusement pour lui, la statuette fut remise à Billy Wilder pour "La Garçonnière".

1. Sueurs froides (1958)

Ironiquement, l’oeuvre majeure de la carrière d'Hitchcock est son plus grand flop commercial. Après un drame tragique, l’enquêteur de police Scottie Ferguson développe une phobie des hauteurs qui le contraint à prendre sa retraite. Un jour, un ami l’engage pour suivre son épouse Madeleine (Kim Novak), mais Ferguson tombe désespérément amoureux de la belle et mystérieuse femme. Lorsque cette dernière se suicide en se jetant d'un clocher, son amour se mue en obsession. Ferguson s’éprend d’une femme qui ressemble étonnamment à Madeleine et tente la remodeler à son image, en lui achetant les mêmes vêtements ou en l’incitant à se teindre les cheveux. 

"Sueurs froides" est un film pervers et étrange, qui est considéré comme l'œuvre la plus personnelle d'Hitchcock. Il y expose ses fantasmes les plus profonds et les plus sombres du réalisateur. Le film dépeint également le réalisateur comme un perfectionniste en quête de son image idéale.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?