Nice to meet you... Josep Bartomeu

Une fois de plus, les querelles intestines agitent les couloirs du FC Barcelone. Le président Josep Bartomeu semble perdre de plus en plus son emprise sur le club catalan, alors que les élections présidentielles se tiendront en 2021. Récit d’un parcours en dents de scie.

Josep Maria Bartomeu rejoint le conseil d'administration du FC Barcelone en 2010. Il officie alors en tant que vice-président sous la direction de Sandro Rosell. Lorsque ce dernier est discrédité par une affaire de malversations financières dans le cadre du transfert de la star Neymar, Bartomeu, accède à la présidence du club en janvier 2014. Sa mission est claire: limiter la casse pour la réputation du club et remettre tous les acteurs du Barça en ordre de marche, en vue d’assurer sa réelection en 2015.

Après une décevante saison 2013-2014, l’entraîneur Gerardo Martino est remercié. C’est alors Luis Enrique qui prend les rênes de l’équipe. Lorsque ce dernier désire instaurer un système de rotation, contre la volonté du pilier de l’équipe Lionel Messi, le CEO est obligé d’intervenir. Il force Enrique à faire jouer l’Argentin et le Barça remporte le triplé cette saison-là. Dans un tel contexte, Bartomeu est réélu pour un nouveau mandat de six ans.

Homme de paille ou président borné?

Depuis cette année, il semble qu’un pacte tacite soit conclu entre le groupe des joueurs mené par Messi et Gerard Piqué et le président du club: tant que l’équipe ramène des trophées, rien ne viendra se mettre en travers de leur route. Ces rumeurs taillent un costume d’homme de paille à Bartomeu. Le président serait en fait la marionnette des joueurs. Néanmoins, des querelles éclatent souvent entre le vestiaire et la direction. La presse ne se prive évidemment pas d’étaler en public les fuites et les bruits de couloir.

En 2019, un nouveau scandale survient. Le Barça paierait des entreprises pour mettre Bartomeu en valeur tout en dénigrant certains joueurs comme Messi et Piqué sur les réseaux sociaux. L’affaire, rapidement baptisée «Barçagate», fait s'abattre une tempête sur le Camp Nou. 

Sauver les apparences d'un club en perdition

Le climat n’était pas encore complètement apaisé que de nouvelles histoires ont éclaté. Récemment, La Pulga est entrée ouvertement en conflit avec le directeur sportif du club, Eric Abidal et le coach Ernesto Valverde a été remplacé par Quique Sétien

Cerise sur le gâteau, la crise du coronavirus est venue interrompre toutes les activités du club. Après de longues négociations, les joueurs ont accepté une réduction de salaire de 70 %. Mais pour certains membres du conseil d’administration, ce n’était pas assez. Six d’entre eux ont remis leur démission, les autres appelant à une élection présidentielle anticipée. 

Les dernières semaines ont montré qu’une fois de plus, les finances du club Blaugrana étaient dans le rouge. Un subtil arrangement financier a toutefois permis d’embellir les comptes grâce à l’ «échange» entre Arthur Melo et Miralem Pjanic, le milieu de la Juventus. Malheureusement, l’opération semble privilégier l’aspect comptable, au détriment du sportif. 

La logique de Bartomeu est claire: le court terme l’emporte sur le long terme. Le président a peut-être dans l'idée de partir cet été, avec une nouvelle Ligue des Champions en poche. Car ses chances de réélection en 2021 paraissent faibles, d’autant que la légende du Barça (et futur entraîneur?) Xavi soutient de tout son poids son adversaire, Victor Font. Quelle que soit le résultat d’élection, le prochain président aura un chantier devant lui, avec une mission ardue: balayer les décombres et redonner au club catalan son lustre d’antan

 

La Liga

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top