Thomas Didillon: "J'ai vu les mauvais côtés d'Anderlecht"

Le Grand Débrief est de retour depuis lundi dernier dans un format quelque peu remanié. Hier, Vincenzo Ciuro et son équipe recevaient virtuellement trois invités de marque: Thomas Didillon, Jean Butez et Guillaume Gillet. Ensemble, ils ont évoqué l'actualité du football belge et leur situation personnelle.

Lorsque l'on évoque avec eux une éventuelle reprise de notre championnat, les deux portiers français sont du même avis. “Beaucoup trop de temps s’est écoulé pour pouvoir finir la saison sans surcharger les calendriers", estime Thomas Didillon, gardien de but au Racing Genk. "Je pense que ça sera compliqué de disputer le reste des compétitions sereinement, je suis obligé de penser à ma santé et au bien-être de tous les joueurs. S’il estime important de pouvoir jouer la finale de Coupe quand cela sera possible, il voit Bruges comme un champion incontestable.

Même son de cloche chez son compatriote Jean Butez, actif à Mouscron, pour qui “la santé des joueurs passe avant tout”. “C’est évidemment compliqué pour les clubs et les télés, mais pour le bien de tous, on doit s’arrêter là et reprendre la saison prochaine plus sereinement.”

"Je garde un sentiment d'injustice"

Prêté à Genk depuis janvier dernier alors qu’il n’était plus en odeur de sainteté à Anderlecht, Thomas Didillon semble s'épanouir dans le Limbourg, où il a enchaîné les bonnes prestations. “Le fait de rejouer me fait très plaisir. J’ai aussi découvert un groupe très souriant, jeune et inexpérimenté mais avec beaucoup de talent et d’envie. Cela me plaît d’accompagner certains jeunes et de continuer ma progression. J’ai vraiment le sentiment d’être au bon endroit au bon moment pour la progression de ma carrière et pour performer à l’instant T.”

Tandis que son avenir pourrait continuer de s’écrire à Genk, qui possède une option d’achat sur le portier, les circonstances de son départ d’Anderlecht lui laissent tout de même un goût amer. “Je garde un sentiment d'injustice par rapport à ce qu'il s'est passé”. S’il affirme garder de bons souvenirs de son passage dans la capitale, le Français déplore le manque de clarté de la part de la direction lors de son départ. “J’ai vu les mauvais côtés d’Anderlecht. Le club est capable de mettre les joueurs dans les meilleures dispositions pour qu'ils s’épanouissent et performent, mais d’un autre côté ils peuvent aussi être très durs avec ceux doivent partir”.

A 36 ans, Guillaume Gillet retrouve la Ligue 1

Pour Jean Butez, la situation est un peu différente. Le gardien formé à Lille sait qu’il jouera sans doute un rôle clé pour l’avenir de son club, actuellement sans licence et en difficulté financière. “Le club va tout faire pour me vendre cet été”. Alors qu’il avait attiré les convoitises l’été dernier et qu’il était même très proche de signer à Bruges, son départ cet été est donc quasi acté. Pour quelle destination? “Je n’ai pas de préférences. Ce qui m’importe, c’est de jouer”, déclare le portier, en glissant que des discussions informelles ont déjà été entamée avec plusieurs clubs, dont le Sporting d’Anderlecht.

L’arrêt des championnats en raison de la crise liée au coronavirus aura tout de même souri à une vieille connaissance du football belge. A 36 ans, Guillaume Gillet est sur le point de retrouver le plus haut niveau avec Lens, promu en Ligue 1 grâce à sa deuxième place en championnat. "C’est une situation un peu spéciale de monter alors que la saison n’est pas finie. Mais nous n’avons pas usurpé notre promotion, nous avons toujours été dans les deux premiers du classement. Il fallait prendre une décision et c’est donc logique qu’on soit parmi les heureux.

Le Liégeois, dont le contrat expire le 30 juin prochain, espère bien en être la saison prochaine. "On va, je l’espère, se mettre rapidement à table avec le club pour négocier une prolongation. J’ai envie de vivre cette aventure avec ce club fantastique en Ligue 1. Tous les voyants sont au vert pour me permettre de retrouver la Ligue 1 à 36 ans. Ce serait quelque chose de génial pour moi."

Revivez l'intégralité du Grand Débrief ici:

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top