Les moments marquants de la carrière d’Al Pacino

Al Pacino est et sera toujours associé au mythique personnage de Tony Montana dans Scarface. Et ce même s’il a reçu un Oscar du meilleur acteur pour un autre rôle dans "Scent of Woman" en 1992. Son interprétation de Michael Corleone dans la trilogie “Le Parrain” fait également partie du patrimoine cinématographique mondial. Pour fêter ses 80 ans, voici un bref aperçu de sa carrière et de sa filmographie.

Alfredo James Pacino est né à New York le 25 avril 1940. Il est le fils unique de parents immigrants siciliens. Après que son père l’ait abandonné, il est élevé par sa mère et ses grands-parents dans les quartiers défavorisés d’Harlem et du Bronx. Très jeune, il développe un intérêt pour le théâtre et rejoint la High School of Performing Arts à New York. Son parcours scolaire ne reflète toutefois pas la notoriété de sa carrière: il échoue dans la plupart des matières et abandonne l’école à ses dix-sept ans.

Deux ans plus tard, il déménage à Greenwich Village, un quartier résidentiel de New York. Il commence alors une formation d’acteur au Studio Herbert Berghof. Le jeune Al pacino y fait ses débuts sur scène. Mais ce n’est qu’en 1969 qu’il décroche son premier rôle au cinéma dans “Me, Natalie”. Cette même année, il se fait connaître à Broadway et remporte un Tony Award pour son interprétation dans la pièce “Does the Tiger Wear a Necktie ?”.

En 1971, Al Pacino obtient son premier rôle principal dans le film culte "Panique à Needle Park", une histoire sombre sur la dépendance à la drogue. Le rapport à la drogue sera un fil rouge tout au long de sa carrière cinématographique. Un an plus tard, il devient mondialement célèbre grâce à sa brillante incarnation de Michael Corleone dans le grand classique de Francis Ford Coppola "Le Parrain".

Le rôle de sa vie dans "Scarface"

Le deuxième volet de la saga voit le jour en 1974. Toujours avec le même succès. Al Pacino enchaîne ensuite les grandes performances dans "Serpico" (1973), "L'Épouvantail" (1973) et "Un après-midi de chien" (1975). Il est nominé à de nombreuses reprises aux Oscars mais il devra attendre ses 53 ans pour être récompensé. En attendant, l'acteur américain n'a pas attendu les lauriers pour incarner LE personnage qui fera sa renommée: le baron de la drogue Tony Montana dans le film "Scarface" de Brian De Palma.

Après cela, la carrière de l'acteur stagne un petit peu. "Le Parrain 3” (1990) n'atteint pas, par exemple, le succès de deux premiers films. Al Pacino continue cependant à enchaîner les films et le succès revient dans les années 90. Grâce au long métrage "Le temps d'un weekend", il reçoit enfin son premier Oscar en 1993. Il optient ensuite des seconds rôles dans plusieurs projets comme dans "L'Associé du diable" ou dans le film oscarisé "Révélations".

Une vie de célibataire endurci

Qui dit nouveau siècle ne veut pas forcément dire fin de carrière pour Al Pacino. Malgré ses 60 ans, l'acteur américain ne veut pas quitter l'affiche. En 2002, ce bourreau de travail joue dans pas moins de quatre films. Sans oublier sa contribution dans le blockbuster "Ocean’s Thirteen" en 2007 qui dope à nouveau sa popularité. L’année suivante, il apparaît aux côtés de Robert de Niro dans le drame policier "La Loi et l'Ordre". Par la suite, il etoffe encore son registre en jouant dans des films indépendants comme "Manglehorn" (2014) et "Imagine" (2015).

Ces dernières années, il a tenu un rôle dans le film de Quentin Tarantino "Once Upon a Time in Hollywood" (2019). Mais aussi dans la production Netflix "The Irishman", une performance qui lui a valu une neuvième nomination aux Oscars.

Le dévouement professionnel d'Al Pacino a impacté sa vie sentimentale. L’homme est, en effet, célibataire depuis toujours, même si cela ne lui a pas empêché d’être le père de trois enfants. Du haut de ses 80 ans, Al Pacino nous étonne encore aujourd'hui. Joyeux anniversaire à notre baron de la drogue préféré.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top