Les clubs endormis: Hambourg en quête de son glorieux passé

Le club de football d'Hambourg fut fondé en 1887, ce qui en fait l'un des plus anciens clubs encore en activité dans le monde. Ce club de tradition a une riche histoire, remplie de triomphes nationaux et européens, mais est quelque peu tombé dans l'oubli ces dernières années. Nous vous retraçons le passé d'une formation qui vous est moins familière, mais dont le nom est inscrit en caractères gras dans les annales du football européen.

Le 29 septembre 1887, le Hamburger Sport-Verein e. V, plus connu sous le nom de Hambourg, voyait le jour. Au tout début, le club portait le nom de SC Germania. Il a fallu attendre 1919, après plusieurs fusions, pour que la formation adopte le nom qui est le sien aujourd'hui.

Le club du nord de l'Allemagne est devenu l'une des meilleures formations au niveau national. Au cours de ses plus de 130 ans d'existence, Die Rothosen ont remporté 7 titres nationaux. Mais Hambourg a également brillé sur la scène européenne avec des victoires en Coupe des clubs champions européens (ancêtre de la Ligue des champions)  en 1983 et en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (équivalent de l'Europa League actuellement) en 1977 face à Anderlecht.

Ces dernières années, cependant, Hambourg a chuté de plus en plus au classement en Bundesliga. Au point d'être relégué pour la première fois de son histoire en deuxième division lors de la saison 2017-2018.

Le match sans fin

Dès sa fusion, Hambourg a joué les premiers rôles dans les hautes sphères du football allemand. La bataille pour le titre se réglait alors dans une sorte de round final entre les champions régionaux.

En 1922, Hambourg n'a terminé que troisième dans la ligue d'Allemagne du Nord. Cependant, grâce au titre obtenu un an plus tôt, le club a pu participer à la phase finale. Ils se sont alors hissés jusqu'en finale pour défier le FC Nuremberg. Ce match restera dans l'histoire sous le nom de Das Endlose Endspiel (Le match sans fin).

Le 18 juin 1922, la rencontre s'est, en effet, achevée après 90 minutes d'indécision par un match nul 2-2. Comme il devait y avoir un gagnant, les deux équipes ont dû disputer les prolongations. Toutefois, celles-ci n'avaient pas encore de limite de temps. En outre, les remplacements n'étaient pas non plus autorisés. À la tombée de la nuit, l'arbitre a finalement arrêté le match au bout de 3 heures et 9 minutes. Le tableau d'affichage affichait toujours le score de 2-2.

Un replay a eu lieu sept semaines plus tard. Après 90 minutes de jeu, les deux équipes se tenaient encore en respect (1-1). Cependant, Nuremberg était fortement handicapé au moment de débuter les prolongations. Après l'expulsion de 2 joueurs et la blessure d'un autre, les Bavarois n'étaient plus que 8. Au cours de la première partie des prolongations, un nouveau joueur s'est blessé. Cela a forcé l'arbitre à interrompre définitivement la partie. Hambourg a obtenu le titre sur tapis vert mais le Dinosaure a refusé de recevoir le trophée.

L'année suivante, le club remportait à nouveau le titre, mais cette fois-ci de manière régulière. Il en fit de même cinq ans plus tard.

Nouvelle période de gloire à la fin des années 70

Dans les années qui ont suivi, la montée du nazisme et la Seconde Guerre mondiale ont empêché le déroulement normal de la compétition.

Il fallait attendre 1960 pour assister à un nouveau titre d'Hambourg. Par la même occasion, le club rejoignait pour la première fois la scène européenne. Sous l'impulsion du meilleur buteur de tous les temps du HSV, Uwe Seeler, la formation du nord de l'Allemagne remportait sa première Coupe nationale en 1963. Cette même année, la Bundesliga, telle que nous la connaissons aujourd'hui, voyait le jour.

Au départ, Die Rothosen jouaient le ventre mou du classement. Mais cela a changé à la fin des années 70. Avec des stars comme Felix Magath, Kevin Keegan et Horst Hrubesch dans ses rangs, Hambourg est devenu l'un des meilleurs club d'Europe. Vainqueurs de la Coupe d'Allemagne en 1975, les pensionnaires de la Bundesliga ont remporté la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1977 et un titre de champion national deux ans plus tard.

En 1982, le HSV a ajouté un autre titre à son escarcelle. Entre le 16 janvier 1982 et le 29 janvier 1983, le Dinosaure a également établi la plus longue série de matches sans défaite en Bundesliga, soit un total de 36 matches consécutifs sans le moindre revers.

Le couronnement fut la victoire en 1983 en Coupe des clubs champions européens face à la Juventus de Michel Platini grâce à une réalisation de Magath. Cette même saison, Hambourg signait le doublé en remportant à nouveau le championnat.

Quatre ans plus tard, en 1987, le HSV remportait son tout dernier trophée en Coupe d'Allemagne.

La chute d'un empire en 2018

Dans les années 1990, cependant, la fierté de l'Allemagne du Nord a connu un sérieux déclin. Hambourg devait désormais jouer les seconds rôles et était en proie à de sérieuses difficultés financières.

Les supporters d'Hambourg devaient alors s'émerveiller de quelques exploits occassionnels. Vincent Kompany, Ivica Olic ou encore Rafael Van der Vaart ne pouvaient pas faire grand-chose pour changer cela.

Lors de la saison 2013-2014, le HSV est passé tout proche de la relégation. Il a dû son salut à un maintien in-extremis dans les playdowns contre Greuther Fürth. Die Rothosen se sont également faits peur l'année suivante en se sauvant à nouveau lors des barrages face à Karlsruher SC.

Mais à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler. Au cours de la saison 2017-2018, le club du nord de l'Allemagne a dû s'incliner face au VFL Wolfsburg lors de la toute dernière journée de championnat. Ce revers a condamné le club à la relégation directe, sans passer par la case barrages. L'horloge du stade s'est arrêtée à 54 ans, 261 jours et 19 heures en première division.

Depuis lors, Hambourg tente chaque année de remonter en Bundesliga. Cette saison, après 25 journées, le HSV était 3ème... déjà prêt à disputer les playdowns.

Bundesliga

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top