Qu'est-ce qui cloche à Liverpool?

Jusqu'à la mi-février, tout semblait rouler pour le vainqueur sortant de la Ligue des champions. Filant avec assurance vers son premier titre en Premier League depuis 30 ans, les Reds se sont facilement qualifiés pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais les hommes de Jürgen Klopp ont ensuite connu une légère baisse de régime. Quelles en sont les raisons? Liverpool pourra-t-il redresser la barre ce soir et se qualifier pour les quarts de finale?

Après 27 journées, les Reds trônaient fièrement en tête de la Premier League et seul Manchester United avait réussi à les tenir en échec (1-1). Avec une avance de 22 points sur Manchester City, leur premier poursuivant, rien ne semblait pouvoir arrêter Liverpool dans sa course au titre.

Mais la machine Liverpool s’est enrayée lors du déplacement à l’Atlético Madrid en huitième de finale aller de Ligue des champions. Les Reds se sont inclinés 1-0 sans pouvoir cadrer un seul tir. Un simple non-match?

Trois défaites en cinq matches

La défaite à l'Atlético Madrid a plutôt marqué le début d’une période plus compliquée pour les troupes de Jürgen Klopp. Les Reds ont ainsi perdu leur statut d’invincibles en Premier League, subissant une lourde défaite à Watford (3-0) avant d’être éliminés de la FA cup par Chelsea. Le week-end dernier, les Reds ont regoûté à la victoire, non sans peine, contre Bournemouth. Mais qu'est-ce qui cloche à Liverpool? Tentative d'explication.

L’accumulation des blessures?

Avec les indisponibilités, entre autres, de son gardien Alisson Becker et son capitaine Jordan Henderson, Liverpool n’a pu compter sur certains pions majeurs de son onze de base ces derniers temps. Le défenseur latéral Andy Robertson, très important dans le système de Klopp, a également été indisponible pendant plusieurs semaines. Malgré un noyau bien étoffé, les remplaçants n’ont pas toujours presté au même niveau que les titulaires - pensez notamment à la boulette du gardien réserve Adrián lors du match de FA Cup contre Chelsea.

Heureusement pour lui, Klopp pourra à nouveau compter sur Henderson et Robertson ce soir à Anfield Road.

Un calendrier surchargé?

Une autre explication peut être trouvée dans le programme surchargé des hommes de Klopp. Les Reds ont déjà disputé 47 matches (!) cette saison, soit 10 de plus que leur adversaire de ce soir (37). À ce stade de la saison, la fraîcheur peut s’avérer déterminante.

En parallèle à cela, Klopp n'est pas un grand fan de la rotation. Des cadres de l’équipe comme Roberto Firmino (42), Virgil Van Dijk (40) ou Andy Robertson (40) ont déjà beaucoup de matches dans les jambes.

Les adversaires s’adaptent

Enfin, la baisse de forme de Liverpool peut sans doute aussi s’expliquer par le fait que les adversaires commencent à mieux comprendre le système de jeu de Klopp. Le tacticien allemand attribue notamment un rôle important à ses latéraux Robertson et Trent Alexander-Arnold. Ceux-ci sont souvent postés haut sur le terrain afin de délivrer des centres millimétrés. Alexander-Arnold a ainsi déjà délivré 12 assists cette saison, contre 7 pour Robertson.

Lors de la défaite contre Watford, les deux latéraux ont envoyé pas moins de 18 centres, dont aucun n'a pu atteindre un coéquipier. Le secteur offensif de Liverpool a également semblé complètement éteint à Madrid.

Une solide et rigoureuse organisation défensive semble donc être le seul le moyen de désarçonner les Reds. Klopp allemand a également remarqué que ses derniers adversaires usaient remarquablement du jeu long, pour ensuite tenter de récupérer les seconds ballons.

Pour savoir si le vainqueur sortant de la Ligue des champions parviendra à se sortir de sa position délicate, rendez-vous ce soir à 21h sur les chaînes de Proximus Sports, accessibles dans l'offre All Sports de Proximus TV.

UEFA Champions League

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top