Current language: fr

Bigflo et Oli: Le poids des mots

En novembre dernier, les deux frères les plus connus du rap français après Nabil et Tarik de PNL, ont sorti La Vie de Rêve, leur troisième opus. Un album qui rassemble plusieurs générations et qui a véritablement fait exploser la popularité des deux Toulousains. Au-delà des instrus, c’est bien à travers leurs textes contés comme des histoires qu’ils ont réussi à toucher un très large public.

Sur la route du rap

Sur la route du rap © Isopix

Olivio et Florian Ordonez sont nés d’un père argentin, chanteur de salsa, et d’une mère française d’origine algérienne également grande amatrice de musique. Voilà un environnement propice qui permettra aux deux frères de développer très jeunes leurs talents. Ce sera la batterie et le piano pour Florian et la trompette pour Olivier, l’écriture viendra compléter ce panel déjà bien étoffé. Leur premier titre à paraître sur Youtube en 2005 est "Château de Cartes", un titre très engagé qui dénonce les dérives de la guerre, du pouvoir et les victimes qui en résultent. À cette époque, Florian était âgé de 12 ans tandis que son frère Oli avait seulement 9 ans.



Après quelques battle de rap sur Toulouse et après avoir partagé la scène avec Orelsan, IAM ou Sexion d’Assault, Bigflo et Oli sortent leur second morceau, "C’est que le début", en 2011. Un titre qui transpire l’école du  Micro d’argent d’IAM autant par le beat que par le flow. Oli, désormais casquette vissée sur la tête, et son petit frère ont clairement une place à prendre dans le rap game.



On les retrouve, en 2012, s'adonner à un concert dans la cour de récréation de leur lycée. Déjà très réalistes au micro du journaliste de France 3, ils évoquent leur avenir et le caractère aléatoire de la réussite en musique. Voir leur père galéré, leur a permis de rester les pieds sur terre face à ce monde si particulier.

Au clash avec Orelsan?

Au clash avec Orelsan? © Photonews

Les morceaux continuent de pleuvoir. On aura droit au clip de "Pourquoi pas nous?" avec en invité Orelsan qui refusera par la suite de faire un feat avec Bigflo et Oli, un refus qui restera en travers de la gorge des deux Toulousains qui l’exprimeront plus tard dans le morceau "La Vraie Vie" : "Dans ce milieu j'ai été très déçu je te le dis tout de suite, comme la fois où Orelsan nous a refusé le feat. Pourtant il sait combien on l'aime. Allez sans rancune, mais un peu quand même".

Orelsan n’a pas été marqué plus que ça par la réaction des deux frères et a répondu sobrement : "Ça ne m'a pas touché plus que ça. Je n'ai pas pris ça comme un clash en fait, ça m'a plus flatté. J'ai dit non parce que j'étais en train de faire l'album 'Comment c'est loin', du coup je n'avais pas le temps. J'ai tellement de projets que je suis obligé de faire des choix.

Signer chez Polydor, ça donne Le Trac

Signer chez Polydor, ça donne Le Trac © Isopix

2013, ils signent chez Polydor, l’EP 5 titres 'Le Trac' qui contient "Monsieur Tout le Monde" sort enfin. C’est avec ce morceau que les deux Toulousains vont atterrir dans la cour des grands. Ils nous content l’histoire d’un homme banal qui un jour pète une durite ce qui l’entrainera à commettre le pire. Kyan Khojandi, monsieur "Bref" des années 'Canal' est le monsieur tout le monde de ce très bon clip réalisé par Julien Hosmalin.

La Cour des Grands

La Cour des Grands © Isopix

En 2015, les deux rappeurs remettent le couvert avec le même réalisateur sur le clip de "Nous aussi" auquel les Youtubeurs Jérôme Niel, John Rachid et Baptiste Lorber participent. Un titre qui est issu de leur premier album 'La Cour des Grands'. Un premier opus salué par la critique et récompensé par un disque d’or, ce sont d’ailleurs les plus jeunes rappeurs d’Europe à recevoir une telle récompense.



La force de Big FLo et Oli réside dans l’intelligence dont ils font preuve lorsqu’ils reprennent des sujets difficiles auxquels nous pouvons tous être confronter. Ils content toutes ces histoires sans complexe en omettant aucun point de vue. Ce fut également le cas pour "Le Cordon" qui évoque l’échange entre une mère et l’enfant qu’elle vient d’avorter ou encore sur le morceau "Je Suis" dont la manière de déclamer rappelle étrangement celle d’une certaine Diam’s.

Un papa qui vaut de l'Or

Un papa qui vaut de l'Or © Isopix

2017, Big Flo et Oli continuent de surprendre et débarquent avec leur deuxième opus 'La Vraie Vie', c’est aussi l’heure des premières collaborations comme avec Stromae sur le méga hit "Dommage" qui encourage à ne jamais abandonner ou avec Busta Rhymes sur le brillant "Ca va trop vite".





Avec le morceau "Papa", ils parviennent à toucher directement le cœur du public en livrant une partie de leur intimité.  Une chanson qui sonne bon l’Amérique Latine,  émouvant à souhait à l’image du morceau d’Arno "Dans les yeux de ma mère", celui-ci est un hommage à leur papa Fabian, un artiste musicien et chanteur argentin qui a galéré pour pouvoir vivre sa passion. Les deux frères n’en oublient pas moins leur mère qu’ils évoquent dès les premières lignes du morceau: "Désolé maman, ce texte sera pas pour toi. Je suis discret en vrai mais en musique il faut que je parle.".

Des textes à la fois conscients et authentiques: "Comme tous les pères il a l'air déprimé. Pensif dans le salon, je le vois à chaque fois. Je crois qu'il regrette l'époque où il était pas papa" mais aussi surprenant de force et de simplicité avec ces mots : "Et j'appréhende déjà le jour des grands adieux. Y a pas de bons pères, y a que des hommes qui font de leur mieux.". Ils terminent en nous imposant ce refrain criant de vérité "Celle-là c'est pour nos pères, nos padre. Ceux qui disent "je t'aime" sans même parler. Pour ceux qu'on regrette, ceux qui sont pas passés. Mais si t'es papa, tu sais que t'es pas parfait". Les ventes d’album s’envolent pour 'La Vraie Vie' qui termine triple disque de platine. "Dommage" est récompensé par la Victoire de la musique de la chanson originale de l'année. 

Miroir...dis-moi qui est le plus rapide?

Miroir...dis-moi qui est le plus rapide? © Isopix

En plus de cumuler les succès, les deux rappeurs sont aussi les rois du débit de paroles. Ils apparaissent dans le top 3 mondial de rapidité aux côtés d’Eminem et Mac Lethal en cumulant 7,2 mots par secondes soit 432 mots par minute!



La Vie de Rêve

La Vie de Rêve © Isopix

En novembre 2018, ils sortent leur troisième opus 'La Vie de rêve' qui devait au départ s’intituler 'La vraie vie 2'. Un album dans la continuité du précédent qui suit la même trajectoire musicale et qui s’impose par la sincérité des mots. À croire que le succès n’a aucune prise sur Bigflo et Oli.

Les deux toulousains ont été gratifiés par le prix de l’album de musique urbaine de l’année lors des dernières Victoires de la Musique et par celui du duo francophone de l’année aux NRJ Music Awards. Un album dans lequel, ils n'ont pas tardé à rendre la pareille à leur maman sur le titre éponyme, hommage intègre à la femme qui leur a donné la vie. Une relation mère-fils faite d'amour mais aussi d'engueulades...la vraie vie quoi. Et puis, de nouvelles collaborations voient le jour comme celle avec le DJ Petit Biscuit sur "Demain", son de l'été 2018 qui vous mettra de suite de bonne humeur parce qu'au final, c'est pas grave! De leur côté, Black M et Soprano ont conclu que tout ça "C’est que du Rap".



Avec leur rap accessible et familial qui plait autant aux ados qu’aux adultes, Bigflo et Oli ont réussi le pari difficile de rassembler plusieurs générations. Vous pourrez venir les applaudir le 19 octobre prochain au Palais 12 à Bruxelles.

Écoutez Bigflo et Oli sur vos applications de streaming préférées sans limite de données mobiles, grâce aux Epic Beats

Top