Current language: fr

Bishop Gunn : quand le blues rock ancien surfe sur la vague de la modernité

Lorsque l’on évoque le blues ou le blues rock, ce sont systématiquement des musiciens âgés aux visages marqués par les années de tournée, le manque de sommeil et les chansons dédiées au train-train quotidien qui nous viennent à l’esprit. Quel ne fut donc pas notre étonnement (et notre surprise) lorsque nous avons découvert tout à coup « Natchez » du groupe américain Bishop Gunn.
Bishop Gunn : quand le blues rock ancien surfe sur la vague de la modernité

© Anthony Scarlati

À la première écoute, nous nous sommes sentis directement propulsés vers le delta du Mississippi à la manière de Star Trek, plongés dans la pénombre. Du blues originel profondément ancré dans la tradition et aussi américain que des marshmallows sur le BBQ. « Natchez » permet non seulement à Bishop Gunn de pousser les portes de la scène musicale internationale, mais aussi d’affirmer haut et fort : « Chers amis, nous sommes là, faites-nous une place.» Ce que nous avons fait.

Live! On stage.

Live! On stage.

© Anthony Scarlati

Le 2 mars dernier, le groupe s’est produit à Trix. Un concert sage, inspiré et joué avec enthousiasme par des musiciens qui ont un véritable cœur musical. Quatre musiciens aux longs cheveux et fatigués (ils arrivaient en effet d’Angleterre où ils ont commencé leur tournée européenne).



« Nous n’avions encore jamais été en Europe », explique Travis McCready, le chanteur de Bishop Gunn. « Jusqu’ici, c’est donc une expérience fantastique. Nous avons déjà donné des concerts en Irlande et en Angleterre, et j’ai particulièrement aimé celui de Dublin. C’était une soirée très intime. C’était fabuleux de voir la réaction du public ravi. J’ai même vu des drapeaux américains. Glasgow fut également un concert magique : le public chantait tout simplement les chansons avec nous. Autre moment fort : Phil du groupe Temperance Movement nous a rejoints sur scène pour nous accompagner dans notre version de "Hey Jude". À Londres, nous avons enregistré plusieurs vidéos. Ne manquez pas de visionner la Blues Kitchen online session. Ce fut vraiment cool.» 



Quel est le concert qui vous donne le plus envie ?
Travis : « En fait, tous. Nous ne sommes jamais allés en Europe. Cette tournée représente pour nous une grande découverte et une fabuleuse aventure. Nous découvrons chaque jour des nouveautés.»
Lorsque l’on écoute « Natchez », on entend que Bishop Gunn est un groupe live. Vous avez réussi à intégrer ce feeling live à l’album. Comment avez-vous réussi ce tour de passe-passe ? 
Travis : « Nous avons enregistré les morceaux à Muscle Shoals, le studio légendaire situé en Alabama. Tout en une seule prise. Nous avons ensuite ajouté les voix, l’orgue, le piano et les effets.»

M. Marc Neill

M. Marc Neill

Vous avez collaboré avec Marc Neill. Pourriez-vous le présenter en quelques mots à ceux qui ne le connaissent pas ?  

Travis : « Marc est un producteur très vieille école qui aime beaucoup travailler avec des appareils analogiques. Il a enregistré une multitude de titres avec un grand nombre de groupes à la fin des années 60 et au début des années 70. L’un de ses plus grands succès est sans conteste l’album Black Keys "Brothers". C’est Dave Cobb, le producteur de Rival Sons notamment, qui nous a mis en contact avec lui.»




Enregistrer à Muscle Shoals, une terre sainte pour la musique, n’est-ce pas fabuleux ?  

Travis : « Si, absolument. Ce fut une expérience magique. Combien de groupes peuvent se vanter d’avoir enregistré à Muscle Shoals ? C’est là que plusieurs artistes de légende ont un jour enregistré des disques… The Rolling Stones, Aretha Franklin, Willie Nelson, Lynyrd Skynyrd, Paul Simon, Cat Stevens ... Ce fut pour nous tous un grand honneur. Muscle Shoals est un environnement particulièrement inspirant. Je pense qu’il nous a rendus meilleurs.»

Bishop Gunn jette un pont entre le présent et le passé. Votre voix fait penser à Chris Cornell et à Otis Redding. Sont-ils de grandes sources d’inspiration pour vous ?

Travis : « Vous avez une excellente ouïe ! Si vous ajoutez Bob Seger, vous aurez mes trois plus grandes sources d’inspiration. On évoque souvent cette comparaison et j’en suis ravi. C’est très flatteur.» 



J’ai lu quelque part que vous aviez été soudeur. Puis, un jour, vous avez tout abandonné pour vous lancer dans la musique. Avez-vous déjà regretté votre décision ?
Travis : « Certainement pas ! Mon poste à souder ne me manque pas du tout. Je pense parfois à mes anciens collègues chez Natchez. Mais bon, je les vois encore quand je suis chez moi.» 

Si vous saisissez « Bishop Gunn » dans Google, vous obtenez ceci : « Bishop Gunn of Natchez, Mississippi, is rooted in the history and sounds of their home and the surrounding Delta, and features a blend of rock and roll, soul and blues. » Cela fait plaisir de lire que de jeunes groupes se lancent encore dans le blues rock, mais cela ne fait-il pas de vous le merle blanc au milieu de tous ces Post Malone ?

Travis : « Je pense que notre genre de musique a toujours existé. Ce qui diffère, c’est que Bishop Gunn fait un mélange de toutes les influences que nous subissons tous en tant que membres individuels d’un groupe. Tout le monde apporte sa touche personnelle, ce qui contribue à former un mélange de blues, de rock 'n' roll, de soul et d’un peu de country aussi. Si vous voulez vivre la véritable expérience Bishop Gunn, rendez-vous le 11 mai au Crawfish Bowl de Natchez, Mississippi. Ce sera un spectacle fantastique.»

Top