Current language: fr

Les meilleurs films musicaux

Les meilleurs films musicaux

© 20th Century Fox/Warner Bros/Universal Studios

Certains acteurs et actrices possèdent tous les dons : chanter, danser, jouer la comédie. Si, de surcroît, la bande-son comporte quelques tubes notoires, le succès est garanti. Films antidépresseurs ou classiques du genre, vous ne pourrez qu’apprécier ces longs métrages où la musique joue le rôle principal.

Mamma Mia!

Mamma Mia!

© Belga

Avec, pour fil rouge, tous les tubes du groupe ABBA, la comédie musicale « Mamma Mia » connaît un succès planétaire. Sur le point de se marier, Sophie (Amanda Seyfried) se met en tête de réunir ses trois pères potentiels sur l’île grecque de Kalokairi où sa mère, Donna (Meryl Streep), tient un hôtel. À partir de ce postulat, les auteurs de ce musical au kitsch assumé parviennent à insérer tous les succès du groupe suédois. De « Dancing Queen », remémorant la jeunesse de Donna, à « Money, Money, Money », évoquant les problèmes financiers,  en passant, entre autres, par « Waterloo », « The Winner Takes It All », « Lay All Your Love on Me » ou encore « Super Trouper »,  les chansons d’ABBA semblent avoir été écrites spécialement pour le film tant elles s’intègrent au scénario.



Mamma Mia! est maintent disponible dans le catalogue à la démande de Proximus TV !

Fame

Fame

Si l’on en croit le film oscarisé « Fame », pas question de se faire un nom au firmament du show-biz sans passer par une académie de danse et de musique. Dans l'atmosphère électrique de la très prestigieuse « High School of Performing Arts » de New York, danseurs, chanteurs et comédiens découvrent l’univers impitoyable censé les mener à la gloire. Chacun se voit offrir la chance d'accomplir son rêve, à condition d'être doué, tenace et prêt à dépasser ses propres limites. Outre sa participation au film en tant qu’actrice (elle joue le rôle de Coco), Irene Cara signe et interprète les paroles de la chanson-titre, « Fame », qui a obtenu l’Oscar de la meilleure chanson originale en 1980.

The Sound of Music (La Mélodie du Bonheur)

The Sound of Music (La Mélodie du Bonheur)

© 20th Century Fox

Inspiré d’une histoire vraie, le film retraçant les aventures de la famille Von Trapp est devenu un véritable classique du genre. Maria (Julie Andrews) trouve un emploi de gouvernante chez la famille Von Trapp, où l’attendent les sept turbulents enfants d’un officier veuf (Christopher Plummer) qui les a élevés avec une rigidité toute militaire. Grâce à la musique, Maria ramène la joie de vivre dans le foyer. L’optimisme qui se dégage de chansons telles que « Do-Re-Mi », « My Favorite Things » et, bien entendu, « The Sound of Music », agit comme un véritable adjuvant moral.



La Mélodie du Bonheur est maintenant disponible dans le catalogue à la demande de Proximus TV !

The Pianist

The Pianist

© Guy Ferrandis/Focus Features

Durant la Seconde Guerre mondiale, Wladyslaw Szpilman, un pianiste juif polonais magistralement interprété par Adrien Brody, échappe de justesse à la déportation mais se retrouve piégé dans le ghetto de Varsovie. Mourant de faim et de soif, il se réfugie dans les ruines du ghetto où un officier allemand, féru de musique, lui vient en aide et lui permet de survivre jusqu’à la libération par l’Armée rouge en 1945. Ce drame réalisé par le cinéaste Roman Polanski a glané une quarantaine de récompenses de par le monde, dont une Palme d’Or au Festival de Cannes en 2002, ainsi que sept Césars et trois Oscars en 2003.    

Les Misérables

Les Misérables

© Universal Pictures

« Les Misérables » est un film musical britannique réalisé par Tom Hooper en 2012 d'après la comédie musicale à succès de Claude-Michel Schönberg, elle-même librement adaptée du roman homonyme de Victor Hugo. Dans la France du XIXème siècle, une histoire poignante de rêves brisés, d'amours déçues, de passion, de sacrifice et de rédemption sur fond de luttes sociales et de révolution. Bien décidé à se racheter une conduite, l’ex-bagnard Jean Valjean sauve la petite Cosette des griffes des Thénardier, un couple d’aubergistes qui exploitent l’enfant et la traitent comme une esclave. Traqué sans relâche par l’inspecteur Javert, Valjean finira par être rattrapé par son passé. Nommé huit fois aux Oscars en 2013, le film a remporté trois statuettes, dont celle de la meilleure actrice dans un second rôle pour Anne Hathaway.

August Rush

August Rush

© Warner Bros Pictures

Evan est le fruit d’une brève liaison entre Lyla, une jeune et talentueuse violoncelliste, et un chanteur de charme irlandais prénommé Louis. Placé dans un orphelinat peu après sa naissance, il refuse de se faire adopter, persuadé que ses parents l’attendent quelque part. À l’âge de douze ans, Evan s’enfuit de l’orphelinat et trouve refuge dans un théâtre désaffecté de Manhattan, squatté par une bande de jeunes musiciens de rue sous la coupe d’un dénommé Wizard. C'est là qu'il touche pour la 1ère fois de sa vie à une guitare. Wizard s'aperçoit vite du talent du jeune prodige et s'improvise manager de cette star en herbe qu’il rebaptise August Rush. Conscient de ses dispositions pour la musique, Rush compose une symphonie pour ses parents, persuadé que s’ils l’entendent, ils feront tout pour le retrouver.

Footloose

Footloose

© Paramount Pictures/Everett Collection

À Beaumont, une petite bourgade du Middle West où conservatisme et religion font la loi, la danse et la musique rock sont proscrites depuis l’accident de voiture ayant coûté la vie au fils du révérend Moore. C’est dans ce contexte que débarque Ren McCormick (Kevin Bacon), un jeune danseur venu de Chicago. Bien décidé à combattre la loi avec ses amis Willard et Ariel, la fille du pasteur dont il s’est épris, il met tout en œuvre pour prouver à l’homme d’église que la danse n’est pas forcément synonyme de dépravation.

8 Mile

8 Mile

© Universal Studios

Largement inspiré de la vie d’Eminem, ce film signé Curtis Hanson relate l’histoire de Jimmy Smith Jr., un jeune blanc qui ambitionne de se faire un nom dans le monde du rap. De son nom de rappeur B-Rabbit, Jimmy Smith Jr. vit à Détroit entre banlieue blanche et quartiers noirs, le long de cette ligne de démarcation que l'on nomme « 8 Mile Road ». Un jour, il participe à un clash (une joute oratoire de rappeurs) où il doit faire face à Papa Doc, le chef de la bande des « Leaders du Monde Libre ». Paralysé par le trac, il reste muet et doit quitter la scène sous les huées de la foule. Cette humiliation l'oblige à un salutaire examen de conscience. Quelques jours plus tard, Jimmy tente un come-back...

Across the Universe

Across the Universe

© Columbia Pictures

Ce film, dont le titre est emprunté à la chanson homonyme des Beatles, se déroule au gré des succès des « Quatre de Liverpool ». Ouvrier sur les docks de Liverpool, Jude décide de partir à la recherche du grand amour et entame un long périple à travers l'Amérique. En chemin, il fait la connaissance de Lucy, une jeune femme engagée dans le militantisme pacifique. Le film se déroule dans les années 60 et nous emmène des docks de Liverpool à l'univers psychédélique de Greenwich Village, des rues de Détroit ravagées par les émeutes aux champs de bataille du Vietnam. De « I Am the Walrus » à  « With a Little Help », en passant par « All My Loving » et « Hey Jude », la réalisatrice Julie Taymor a choisi de reprendre les plus grands tubes des Beatles pour illustrer son propos.

Amadeus

Amadeus

© Warner Bros

Adapté d’une pièce de théâtre de Peter Shaffer, ce film raconte une partie de la vie de Wolfgang Amadeus Mozart du point de vue de son rival, Antonio Salieri, compositeur officiel à la cour de Vienne. Dans « Amadeus », le chef-d’œuvre de Milos Forman, Salieri est présenté comme un compositeur talentueux, mais médiocre face au talent inégalé de Mozart, qu'il déteste et admire à la fois. Dans le film, c'est Salieri qui commande le fameux « Requiem » que Mozart s'épuisa à composer à la fin de sa vie. Toutefois, il convient de préciser que la réalité est bien différente de cette sombre légende. Si Salieri éprouva, sans doute, de la jalousie à l'égard du jeune prodige, les deux hommes entretinrent des relations certes rivales, mais néanmoins amicales. En réalité, Salieri ne fut pas le commanditaire du fameux « Requiem », ce dernier ayant été commandé par le fils du maire de Vienne de l'époque, pour le compte de Franz von Walsegg-Stuppach, un aristocrate autrichien.



Retrouvez tous les films du catalogue à la demande de Proximus TV

Envie d'en savoir plus sur Proximus TV ?

Top