La K-pop : Quand la Corée nous envoie ses fils et filles

La K-pop : Quand la Corée nous envoie ses fils et filles

© EPA

La K-Pop est incroyablement populaire en Asie. Ce genre musical s’est d’ailleurs imposé comme nouveau courant culturel, non seulement en Extrême-Orient, mais aussi en Asie centrale et dans le sud-est du continent. Et chez nous aussi, le succès de la K-Pop grandit. Mais de quoi s’agit-il exactement ? On vous dit tout ce qu’il faut en savoir et on vous offre la possibilité de gagner un smartphone LG Q7. LG et la K-Pop, c’est un couple qui marche !

La K-quoi ?

La K-quoi ?

© EPA

La K-pop ! L’abréviation de la musique pop coréenne. Les chansons sont essentiellement constituées d'un mélange de musique électronique, de hip-hop, de pop, de rock et de R&B, mais avec des racines coréennes évidentes. Les chorégraphies sont bien orchestrées et les groupes ont leur propre style vestimentaire tendance et haut en couleur.

Gangnam

Gangnam

© shutterstock

Si vous demandez à quelqu’un de citer un titre coréen, il vous répondra à coup sûr « Gangnam Style » de PSY, sorti en 2012. Un titre extrêmement populaire et un succès planétaire qui a été vu plus de trois milliards de fois sur YouTube. Rien que ça ! C’est plutôt fort quand on sait qu’il s’agissait déjà de son 18ème single de K-pop. Le succès de Gangnam Style peut être vu comme une partie de la déferlante coréenne, qui fait référence à la popularité croissante du divertissement et de la culture de Corée du Sud depuis la fin des années 1990.

Hyena ou Hyuna ? Hyuna !

Hyena ou Hyuna ? Hyuna !

© EPA

La chanteuse/mannequin (et bien d’autres choses) Hyuna du girls band 4Minute a sorti son premier single en 2011 et a joué le rôle féminin principal du clip « Gangnam ». Et ça a fait son beurre, puisque cette participation lui a permis d’exporter sa renommée au-delà des frontières sud-coréennes. D’ailleurs, elle a sorti avec Psy une version « féminine » de ce titre, intitulée « Oppa is just my style ».

Seo Taiji and Boys

Seo Taiji and Boys

© BELGA/EPA

Seo Taiji and Boys ont lancé le genre K-pop en 1992. Le groupe, composé de Seo Taiji et de deux danseurs, Lee Juno et Yang Hyunsuk, fut l’un des premiers à s’essayer aux influences occidentales et à d’autres courants musicaux, pour réinventer à proprement parler la musique pop coréenne. Le groupe s'est séparé en 1996, mais a vendu des millions d’albums. Seo a pris sa retraite, tandis que Lee et Yang ont lancé une maison de disques. Yang a fait de YG Entertainment l’une des trois plus grandes entreprises qui se cachent derrière la K-pop à l’heure actuelle.

1996

1996

© Shutterstock

Une année charnière pour la K-pop moderne, avec H.O.T. en précurseur. Après avoir connu un creux au début 2000, le train a repris de la vitesse en 2003 avec de nouveaux groupes de K-pop, comme TVXQ et BoA. À présent, une véritable Korean Wave est en train de conquérir le monde.

Il faut s’entraîner !

Il faut s’entraîner !

© EPA

La K-pop est hot. Mais qui peut s'imaginer que les artistes font leurs premiers pas dans un garage avec des instruments usés ? Think again. De jeunes enfants reçoivent des contrats, vivent ensemble, s’entraînent d’arrache-pied pour devenir une star de la K-pop. En 2012, le Wall Street Journal a calculé que la formation d’une idole de la K-pop coûtait environ 3 millions de dollars.

BTS

BTS

C’est le début de la fin. En 2017, la K-pop s’est révélée sur la scène internationale lorsque le boys band BTS a remporté le Top Social Artist Award aux 2017 Billboard Music Awards. Ils ont fait leur première apparition télévisée aux États-Unis en novembre 2017. Et ils étaient déjà invités chez Ellen. En mai, ils ont atteint la première place du classement américain Billboard 200 avec Love yourself: Tear et ont aussi fait un tube dans notre pays avec Fake Love .

Sainte Trinité !

Sainte Trinité !

© EPA

Derrière la K-pop se cache évidemment toute une industrie. Les trois plus gros acteurs actuels sont S.M. Entertainment, YG Entertainment et JYP Entertainment, qu’on appelle « The Big Three ». En 2012, cette industrie pesait 3,4 milliards de dollars.

Boys & Girls !

Boys & Girls !

© EPA

Oui, des boys bands et des girls bands. Chez nous, ils sont un peu tombés en désuétude, mais la K-pop a lancé de nombreux groupes qui ont fait un carton. Pensez à Brown Eyed Girls, AOA, Apink, After School...

Le revers de la médaille

Le revers de la médaille

© EPA

Chaque genre est assorti d’un style et la K-pop a ouvert la porte à des coiffures qui donnent le tournis, mais aussi à la tendance du « skin whitening ». Les artistes sont même encouragés par l’industrie à se blanchir la peau pour avoir plus de succès, ce qui suscite son lot de critiques.



Gagnez un smartphone LG Q7 !

Écoutez la K-pop sur vos applications de streaming préférées sans limite de données mobiles, grâce aux
Epic Beats

Top