Ces compositeurs décédés tragiquement

Beaucoup de compositeurs furent des véritables génies. Longtemps après leur mort parfois étrange, nous apprécions toujours leur oeuvre.

Alban Berg (1885–1935)

Alban Berg (1885–1935)

Beaucoup de compositeurs furent des véritables génies. Longtemps après leur mort parfois étrange, nous apprécions toujours leur oeuvre. Compositeur incontournable du XXe siècle, l'Autrichien Alban Berg est décédé d'une septicémie aiguë à l'âge de cinquante ans. En août 1935, une banale piqûre d'insecte provoqua un abcès sur le dos du compositeur de l'opéra 'Wozzeck'. Comme la famille avait du mal à joindre les deux bouts, l'épouse de Berg entreprit de le soigner elle-même. Pour ce faire, elle utilisa un couteau mal stérilisé. Il s'ensuivit une infection qui, rapidement, dégénéra en septicémie. Comble de malheur, le décès d'Alban Berg survint dans la nuit du 24 au 25 décembre 1935.

Anton Webern (1883 - 1945)

Anton Webern (1883 - 1945)

Le compositeur autrichien Anton Webern, disciple et ami d'Arnold Schönberg et troisième grand représentant de la Seconde Ecole de Vienne (avec Schönberg et Alban Berg), fut abattu froidement de trois coups de revolver par un soldat américain à Mittersill, près de Salzbourg. Il allait avoir soixante-deux ans. Les circonstances de sa mort sont cependant loin d'être claires. Voici le scénario le plus vraisemblable : le 15 septembre 1945, ignorant le couvre-feu, Webern sort fumer un cigare. C'est alors qu'une sentinelle américaine ivre ouvre le feu 'par mégarde', ne laissant aucune chance au compositeur qui décède instantanément. En réalité, les balles étaient probablement destinées à son beau-fils, Bruno Mattel, un Nazi impliqué dans de sombres histoires de marché noir. Une autre version prétend que Webern aurait fait diversion et se serait sacrifié afin de protéger la fuite de son gendre.

Amadeus Wolfgang Mozart (1756 - 1791)

Amadeus Wolfgang Mozart (1756 - 1791)

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la mort, à trente-cinq ans, d'un des plus grands compositeurs de musique classique a fait couler beaucoup d'encre, sans que l'on en connaisse précisément la cause. Les deux hypothèses le plus communément admises sont l'insuffisance rénale et l'infection à streptocoques. A l'époque du décès de l'ex enfant prodige, il est avéré qu'une épidémie due aux streptocoques régnait à Vienne. Mozart aurait probablement contracté la bactérie quelque temps auparavant en dirigeant l'orchestre dans lequel officiait un militaire contaminé. D'autres sources évoquent le fait que, durant les mois précédant sa disparition, Mozart souffrait d'une profonde dépression et était victime d'hallucinations. Il prétendait notamment avoir été empoisonné. Contrairement à la légende, Mozart ne fut pas jeté, tel un indigent, dans une fosse commune. En 1784, l'Empereur Joseph II promulgua une loi réglementant très strictement les enterrements à Vienne. A cause des risques d'épidémies, les cimetières furent désormais construits loin du centre-ville. Ceci afin d'éviter que les Viennois soient tentés de rendre visite à leurs morts et ne ramènent des maladies en ville. Mozart eut droit à un enterrement de 'troisième classe' et fut inhumé dans un 'tombeau communautaire' de six places au cimetière Saint Marx, dans les faubourgs de Vienne.

Jean-Baptiste Lully (1632–1687)

Jean-Baptiste Lully (1632–1687)

Compositeur et violoniste de la période baroque, surintendant de la musique de Louis XIV, alias le 'Roi Soleil', Jean-Baptiste Lully contribua à l'essor de l'opéra en France. Son décès survint dans des circonstances pour le moins particulières. Alors qu'il dirigeait les répétitions du 'Te Deum' qui devait célébrer la guérison du roi, et battait la mesure en martelant le sol à l'aide d'un long bâton, il heurta violemment son pied. La blessure s'infecta et la gangrène s'installa. Lully refusa l'amputation, laissant l'infection gagner tout le corps. Il mourut deux mois plus tard à l'âge de cinquante-quatre ans.

Henry Purcell (1659–1695)

Henry Purcell (1659–1695)

Henry Purcell est un compositeur anglais du XVIIe siècle qui associait tradition anglaise et baroque italien et français. Il mourut à l'âge de trente-six ans dans des circonstances demeurées floues. D'aucuns prétendent qu'il aurait succombé à un empoisonnement au chocolat. D'autres affirment qu'il aurait pris froid alors que, rentrant chez lui après une virée, il avait trouvé porte close et dut patienter plusieurs heures dans le froid, son épouse refusant de le laisser entrer. Ce serait à la suite de cet épisode nocturne qu'il aurait attrapé la mort. Enfin, la version la plus plausible est qu'il est mort de tuberculose.

Charles Valentin Alkan (1813-1888)

Charles Valentin Alkan (1813-1888)

La mort de Charles Valentin Alkan, un compositeur et pianiste français de confession israélite, a donné lieu à de nombreuses spéculations. La légende raconte qu'Alkan serait mort en voulant saisir le 'Talmud' (le deuxième Livre sacré du Judaïsme après l'Ancien Testament) qui se trouvait tout en haut de sa bibliothèque. Celle-ci aurait basculé et le compositeur aurait péri écrasé. Depuis, cette version a cependant été démentie. Il aurait en réalité succombé à un AVC ou à une crise cardiaque et aurait entraîné dans sa chute un lourd portemanteau.

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840 - 1893)

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840 - 1893)

Il subsiste un mystère autour de la mort du compositeur russe Tchaïkovski, à qui l'on doit notamment la musique du 'Lac des Cygnes', de 'Casse-Noisette' et de 'La Belle au Bois Dormant'. Officiellement, le décès de cet incurable romantique serait dû au choléra, après qu'il aurait bu de l'eau de la Neva non stérilisée. Cette version est toutefois fortement mise en doute. En réalité, Tchaïkovski aurait été poussé au suicide à cause de son homosexualité. A la suite de la découverte de la relation du compositeur avec le jeune officier de dix-sept ans Victor Stenbock-Fermor, le neveu du prince Stenbock-Fermor, maréchal du palais, ce dernier aurait dénoncé Tchaïkovski par une lettre au procureur. Celui-ci aurait constitué un 'tribunal d'honneur' composé d'anciens étudiants du Collège Impérial de la Jurisprudence de Saint-Pétersbourg. Tchaïkovski aurait eu le choix entre l'exil en Sibérie ou le suicide. Ce serait August Gerk, un magistrat ancien camarade de classe, qui lui aurait tendu le flacon d'arsenic.

Frédéric Chopin (1810 - 1849)

Frédéric Chopin (1810 - 1849)

Exilé à Paris en 1831, le génial compositeur polonais Frédéric Chopin y demeura jusqu'à son décès, à l'âge de trente-neuf ans. A la mort du musicien, son cœur fut prélevé et ramené à Varsovie par sa sœur Ludwika, tandis que son corps était inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Conservé dans du cognac, le cœur de Chopin repose dans une urne de cristal scellée à l'intérieur d'un pilier de l'Eglise de la Sainte-Croix, un édifice baroque de la capitale polonaise. C'est précisément ce cœur qui pourrait révéler le secret de sa mort prématurée. Jusqu'à présent, le décès de Chopin était attribué à une tuberculose. Mais des scientifiques polonais de renom pensent maintenant qu'il serait mort d'une mucoviscidose, une maladie génétique qui affecte gravement les poumons. Et ils aimeraient le prouver grâce à une analyse de l'ADN de son cœur. Pour le professeur Wojciech Cichy, un des spécialistes polonais de la mucoviscidose, tous les maux dont a souffert Frédéric Chopin durant toute sa vie montrent qu'il était atteint de cette maladie.

Ernest Chausson (1855 - 1899)

Ernest Chausson (1855 - 1899)

Le compositeur français de musique romantique Ernest Chausson disparut prématurément à l'âge de quarante-quatre ans, alors qu'il commençait à se faire un nom. Le 10 juin 1899, tandis qu'il circule en vélo dans la propriété du baron Laurent-Atthalin à Limay, dans les Yvelines, il heurte de la tête un des murs d'enceinte et meurt sur le coup. Les circonstances précises de l'accident demeurent extrêmement floues. Chausson étant sujet à la dépression, d'aucuns évoquent un suicide, une hypothèse réfutée par Ralph Scott Grover, le biographe attitré du compositeur. Fauché dans la fleur de l'âge, Ernest Chausson connut la célébrité et le succès à titre posthume.

Claude Vivier (1948 - 1983)

Claude Vivier (1948 - 1983)

Le compositeur québécois Claude Vivier est mort le 7 mars 1983, sauvagement assassiné dans son appartement parisien. Son corps fut retrouvé lardé de quarante-cinq coups de couteau. L'assassin était un jeune prostitué rencontré le soir même dans un bar. Sur sa table de travail, on a retrouvé le manuscrit inachevé de sa dernière œuvre chorale 'Glaubst du an die Unsterblichkeit der Seele' ('Crois-tu en l'immortalité de l'âme ?'). Il y décrit une rencontre dans le métro parisien avec un beau jeune homme. L'œuvre s'interrompt sur le texte : « Alors sans autre forme de présentation, il sortit de son veston noir foncé acheté probablement à Paris un poignard et me l'enfonça en plein cœur. » Un texte pour le moins prémonitoire...

Top