×
×

Technologie

Filtrage de Nouvelles par :

L’OTAN renforce sa cyber-sécurité

Technologiepar One magazine04/09/2015

L’OTAN renforce sa cyber-sécurité

Comments

Pendant le Cyber Security Coonvention 2014, Ian West, Chief Cyber Security à l’OTAN a expliqué qu’une nouvelle équipe de cyber-sécurité sécurise tous les sites de l’OTAN de l’Afghanistan à l’Islande. Le N-CIRC (NATO Computer Incident Response Capability), établi à Mons, en province de Hainaut, joue un rôle clé dans ce contexte.

Depuis mars 2015, l’OTAN dispose d’une organisation distincte qui gère la cyber-sécurité. “Nous avons créé un service qui englobe toutes nos activités en matière de cyber-sécurité”, explique Ian West, Chief Cyber Security à l’OTAN. L’équipe de West est composée de deux-cents collaborateurs répartis entre Mons, Bruxelles et La Haye. “Nous menons aussi des activités de cyber-sécurité sur 34 autres sites”, poursuit-il. L’équipe sécurise 54 sites entre l’Afghanistan et l’Islande, dont la base aérienne de Kleine-Brogel. Notre rôle consiste notamment à protéger plus de cent mille comptes utilisateurs.

“Parallèlement aux virus et malwares, nous observons aussi beaucoup d’attaques très ciblées”, affirme Ian West. “Celles-ci proviennent en partie de la criminalité organisée. Les pirates cherchent à obtenir des informations critiques dans le but de les revendre ensuite.” D’autres attaques ont un lien avec l’espionnage. En moyenne, l’OTAN repousse jusqu’à cinquante attaques “sponsorisées par un État” par mois. L’OTAN est aussi la cible privilégiée des hacktivistes. Au N-CIRC (NATO Computer Incident Response Capability) à Mons, l’équipe de Ian West coordonne notamment les actions d’ingénierie et de renforcement des systèmes. Elle est aussi en charge de la détection des incidents et de la gestion des vulnérabilités. “Nous travaillons sur une approche consolidée de la cyber-sécurité”, poursuit Ian. “L’OTAN doit non seulement garder un œil sur ce qui se trame sur terre, en mer et dans les airs, mais aussi dans le cyberespace.” L’organisation a investi 58 millions d’euros dans la modernisation de sa cyber-défense.

Collaboration avec le secteur
“La fondation du N-CIRC n’est pas une finalité”, ajoute Ian West. “Nous considérons la cyber-sécurité comme un cheminement. La menace évolue en même temps que la technologie. Il reste donc toujours du pain sur la planche.” L’Agence de l’OTAN pour la communication et l’information, dont fait partie le N-CIRC, collabore avec des partenaires à un programme visant à renforcer la résistance de l’environnement IT. “Nous souhaitons notamment miser davantage sur des mesures préventives et proactives.” La cyber-sécurité était aussi au programme lors du sommet de l’OTAN au Pays de Galles cette année. L’OTAN a dévoilé son intention de renforcer sa collaboration avec le secteur IT par le biais d’un cyber-partenariat, répondant ainsi à l’appel de l’ex-secrétaire général Anders Rasmussen : “Dans ce monde connecté, soit nous réussissons ensemble, soir nous échouons individuellement.”

One

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 


Partagez votre avis sur cette nouvelle

Vous souhaitez partager votre avis ou commenter cette nouvelle?

Pour commenter veuillez vous loguer sur facebook.