×
×

Dossier

Filtrage de Nouvelles par :

Dossier continuité d’activité – dangers

Dossierpar One magazine01/04/2015

Défaillance, incendie, panne de courant ou piratage. Ce ne sont là que quelques exemples de catastrophes qui peuvent vous arriver. Le risque qu’elles vous arrivent peut paraître minime mais votre entreprise court plus de danger que vous ne le pensez. De plus, les causes de sinistre ne cessent de croître, comme en témoignent quelques entreprises.

Je me souviens de ce samedi: j’étais chez le boulanger quand j’ai reçu un coup de fi l d’un de nos actionnaires. Il m’annonca que notre entreprise était en feu et qu’il espérait que nous, le département IT, avions un plan de secours. J’ai donc compris que cela n’avait jusqu’à ce jour pas fait partie de ses préoccupations. » Johan De Witte Manager IT de la chaîne Veritas dont les enseignes jalonnent nos rues, explique les faits. Au moment du coup de fi l, le siège de Veritas était en fl ammes. Veritas avait (heureusement) élaboré un plan de crise pour ce genre de circonstances. «Mais en défi nitive, il y a toujours des éléments auxquels on ne pense pas. Et ce sont souvent des éléments fondamentaux comme le fait, par exemple, que chaque collaborateur doit rapidement avoir un bureau et un ordinateur pour continuer à travailler.» Veritas avait eff ectivement externalisé son infrastructure informatique dans un centre de données, ce qui a permis de récupérer la plupart des données et applications.

Sinistres
Les chiffres montrent qu’il y a environ 10.000 incendies par an dans notre pays, soit en moyenne 25 à 30 incendies par jour. A cela s’ajoutent d’autres catastrophes dont il faut tenir compte. «Il y a quelques années, nous avons eu un sérieux orage et il s’en est fallu de dix mètres pour que nos serveurs soient touchés. Dans ce cas, notre système informatique aurait été hors service durant des semaines, ou peut-être même durant deux mois. Cela aurait été catastrophique», raconte Kris Maelbrancke, Manager ICT chez Ceratec, une entreprise de technologie industrielle comptant quatre cents collaborateurs. Ceratec dispose de trois centres de données (data centers) personnels dont un consacré exclusivement aux copies de secours (backup) des données. «Nous étions alors en cours d’élaboration d’un plan reprenant tous les risques éventuels et les mesures permettant de les atténuer autant que possible – ce qu’on appelle un plan de continuité d’activité. Cet incident a évidemment accéléré les choses», affi rme-t-il. «Après une telle expérience, tout le monde est conscient des risques encourus. Un accident, en l’occurrence un orage, peut survenir n’importe quand.»

Y a-t-il encore du courant?
Les entreprises doivent être conscientes des dangers potentiels afi n de pouvoir y faire face le cas échéant. «Nous avons dû constater que le centre de données que nous avions mis en place se trouvait en fait en zone inondable. Il était trop bas», raconte Luc Verbist, CIO de De Persgroep. «Nous avons donc dû le surélever.» La nature n’est pas seule à menacer les entreprises. Celles-ci ont été nombreuses cet hiver à redouter d’éventuels problèmes d’alimentation électrique dans le pays. Le plan de délestage présenté par le gouvernement précédent prévoit clairement qu’en cas de pénurie d’électricité certaines zones seront coupées du réseau. Cela implique que les entreprises, comme les ménages, peuvent se retrouver sans électricité. Cette mesure est une véritable source d’inquiétude pour bien des chefs d’entreprise. «A moins d’avoir un hiver très doux, nous allons être confrontés à des problèmes. Il vaut donc mieux s’y préparer», prédisait Luc Verbist de De Persgroep à l’automne 2014.

Risques
Outre l’alimentation électrique et la nature, deux éléments de plus en plus imprévisibles, restent les défaillances classiques comme un disque dur qui plante ou un câble qui rend l’âme. Les dangers menaçant la sécurité informatique constituent également un risque grandissant qui peut aller d’un virus au piratage de votre système. Les entreprises sont confrontées à d’autres dangers, pouvant entraîner l’indisponibilité de leurs outils informatiques. L’impact même de cette indisponibilité est un danger. L’indisponibilité d’un système informatique constitue actuellement un risque plus élevé que jamais. Les entreprises ont d’ailleurs souvent tendance à le sous-estimer. La défaillance d’une application professionnelle peut très vite se chiffrer à 5.000 voire 8.000 euros/minute et parfois plus encore. Sans compter le risque pour la survie même de l’entreprise ou la perte de parts de marché. Il semblerait que la part de marché perdue suite à 8 heures d’indisponibilité n’est pas regagnée avant 3 ans.

Facteur principal: l’humain
L’erreur humaine reste une grande constante à l’origine de nombreux problèmes. Cela peut aller de l’erreur du gestionnaire de système qui efface des données par inadvertance à l’exemple classique de la femme de ménage qui coupe un ordinateur avec son aspirateur. Il est néanmoins encourageant de constater qu’une préparation sert toujours. «Nous étions en tout cas très heureux d’avoir un plan de secours ce samedi où notre immeuble principal était en flammes», raconte Johan De Witte de Veritas. «Il s’est avéré ensuite que ce plan n’était pas parfait mais, au moins, nous étions conscients qu’une catastrophe pouvait se produire. C’est par là que cela commence.»

10 chiffres sur les dangers et les risques
  1. 10.000 incendies par an en Belgique.
  2. 20% des entreprises ont déjà eu de sérieux problèmes informatiques ayant entraîné la perte de données importantes.
  3. 50% des données sont stockées localement, sans copies de secours (backup).
  4. 93% des entreprises ayant subi une perte significative de données disparaissent dans les 5 ans.
  5. La part de marché perdue suite à 8 heures d’indisponibilité n’est pas regagnée avant 3 ans.
  6. Une indisponibilité de 6 heures entraîne des séquelles pour l’entreprise durant un an.
  7. Les ordinateurs sont les objets les plus volés après les voitures.
  8. 8% des disques durs sont défectueux dans les 2 ans.
  9. Notre pays enregistre 85.000 cambriolages par an.
  10. Un cinquième des utilisateurs d’internet ont été victimes de cybercriminalité. Sources: Gartner, Infosecurity, Ricoh, Smart Business, Beltug
One

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 


Partagez votre avis sur cette nouvelle

Vous souhaitez partager votre avis ou commenter cette nouvelle?

Pour commenter veuillez vous loguer sur facebook.