Alien, le huitième passager: le chef d'oeuvre de Ridley Scott fête ses 40 ans!

Alien, le huitième passager: le chef d'oeuvre de Ridley Scott fête ses 40 ans! © Isopix

Alien, le huitième passager a plongé le spectateur de science-fiction dans une esthétique et une ambiance inédite, gravant à jamais de son empreinte l’histoire du cinéma à l’instar de 2001, L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. La réussite et le succès qui en découle depuis 40 ans résultent avant tout de l’association de génie entre O’bannon, Scott, Weaver, Goldsmith, Giraud et Giger qui a permis à ce chef d’œuvre du 7e art de voir le jour en 1979. Alien a aussi ouvert la voie à toute une volée de longs métrages, mêlant espace, horreur et science-fiction comme par exemple : Life, Event Horizon ou The Thing ainsi que tous les autres films de la franchise Alien et Predator.



'Alien, le huitième passager' nous embarque à bord de l'USCSS Notromo, propriété de la Weyland-Yutani Corporation. Alors en route vers la Terre chargé d'une lourde cargaison de minerai, l’USCSS Nostromo et son équipage sont déviés de leur trajectoire suite à la réception d’un signal étranger provenant d’une autre planète. Le spectateur devient alors le témoin privilégié d'une expédition risquée vers l'inconnu.

Un film réalisé par Ridley Scott avec à la distribution Sigourney Weaver (E. L. Ripley), Tom Skerritt (A. J. Dallas), John Hurt (G. W. Kane), Harry Dean Stanton (S. E. Brett), Yaphet Kotto (J. T. Parker), Ian Holm (Ash) et Bolaji Badejo dans la peau de l'alien.

Une histoire de Dan O’Bannon et Ronald Shusett

Une histoire de Dan O’Bannon et Ronald Shusett © Isopix

Le premier personnage à avoir joué un rôle déterminant dans l'élaboration du long métrage "Alien, le huitième passager" est sans doute Dan O’Bannon, son scénariste. En 1974, il était étudiant en cinéma aux côtés de son ami, un certain John Carpenter (The Thing). Ensemble, ils réalisent Dark Star, un film de fin d’étude aux accents humoristiques se déroulant dans l’espace. Il ne faudra pas beaucoup de temps pour que Dan décide d’écrire une version beaucoup plus noire de cette épopée spatiale, qu'il baptisera d'abord Starbeast pour ensuite devenir Alien.

Une question importante taraudait O’Bannon: "Comment introduire une bête extraterrestre dans un vaisseau spatial?". Son ami Ron Cobb qui travaillera également sur "Aliens, le retour" lui suggère que l’alien féconde un membre de l’équipage. Peu de temps après, Alejandro Jodorovsky, un réalisateur qui travaillait sur l’adaptation cinématographique du roman Dune de Frank Herbert, et qui avait par ailleurs fortement apprécié Dark Star décide d’inviter O’Bannon sur le tournage de Dune en Europe.

H.R.Giger, l'homme derrière la créature

H.R.Giger, l'homme derrière la créature © Isopix

Fraîchement débarqué en Europe sur le tournage de Dune, O’Bannon fait la connaissance de l’artiste peintre, sculpteur et designer suisse H.R. Giger. Sa peinture Necronom IV donnera naissance au xénomorphe tel que nous le connaissons. Hans Ruedi Giger travaillera également sur plusieurs décors du film. Notamment le design des œufs, du space-jockey, du chestburster ou encore du facehugger. Il est connu pour être le père de l'art biomécanique qu’il distille sous toutes formes de sculptures et de peintures. Si vous passez par Gruyères en Suisse, un arrêt obligatoire au musée Giger est à prévoir, vous pourrez également vous désaltérer dans le bar en face qui est entièrement dédié à l’artiste. Giger ne participera pas aux autres épisodes d'Alien jusqu'à son préquel Prometheus sorti en salle en 2012, il décédera 2 ans plus tard.

Le jeune Ridley Scott

Le jeune Ridley Scott © Isopix

1977, la Fox décide de lancer la production du film. Après avoir essuyé les refus et hésitations de certains, c’est Ridley Scott avec comme seul long métrage à son actif Les Duellistes, qui est choisi pour mener à bien le projet. Il raconte s’être inspiré des ambiances de 2001, L’Odyssée de l’espace, de Star Wars et des dessins de Jean Giraud (Métal Hurlant) qu’il engagera d’ailleurs plus tard dans son équipe. À noter que les dessins de Giraud rappellent sensiblement les œuvres d’H.R. Giger. Ridley Scott réussit à travers Alien un tour de force en plaçant le spectateur au cœur de l’équipage. Les émotions de joie, d’inquiétude, de peur et de découverte sont parfaitement retranscrites. Nous devenons les témoins silencieux mais privilégiés de la découverte d’une forme de vie extra-terrestre.

La transformation vers le parfait organisme

La transformation vers le parfait organisme © Isopix

Avant de devenir ce que l'on nomme le parfait organisme, l'alien évoluera en différents stades, un peu à l'image d'une grenouille ou d'un papillon. L'oeuf qui contient un facehugger a besoin d'un climat tropical humide pour survivre. Comme il porte bien son nom, il se tiendra à l'affut de la première proie et finira par se coller à la tête de celle-ci, tout est prêt pour que l'hôte soit fécondé. Le facehugger alors mort se détachera par lui-même une fois sa mission terminée. Un temps d'incubation est nécessaire jusqu'à ce que la proie voie sa cage thoracique éclater par ce que l'on nomme le chestburster. Il ne faudra alors que quelques heures à cette créature pour atteindre sa forme adulte. Petite anecdote de tournage, Ridley Scott n'avait dit à personne ce qui allait sortir du ventre de Kane, il voulait capter de réelles émotions. La réaction des acteurs et notamment le cri de frayeur de Veronica Cartwright (Lambert) n'est donc absolument pas joué.

Le xénomorphe

Le xénomorphe © Isopix

Le film avait besoin d’une créature à la fois effrayante, élégante et sexualisée. Sa bouche intérieure, son intelligence, sa queue ainsi que son sang acide sont des éléments importants du système de défense du xénomorphe aussi connu sous le nom de Big Chap ou drone. Inspiré par le tableau Necronom IV de Giger, l’alien sera travaillé par l’artiste lui-même pour coller au plus près aux idées et besoins du film. Une des parties que l’on distingue aisément, dans la noirceur de l’ USCSS Nostromo, est la forme caractéristique de son crâne allongé, l’idée d’un cerveau ultra développé est souvent évoquée pour expliquer cette forme étrange.



Bolaji Badejo grâce à son physique atypique sera choisi pour se mouvoir dans la peau de l’Alien. Ridley Scott évoque son choix dans le journal L’Express de l’époque : "Au dernier stade de la transformation de la bête, j'aurais voulu employer un robot électronique mais cela aurait coûté trop cher. Finalement, nous avons trouvé un étudiant noir de la tribu des Masaï, Bolaji Badejo, 2,10 m, un corps filiforme et une démarche de danseur.". Il dira également que l’aspect physique de Bolaji avec ses très longs bras et ses longues jambes ne laisserait jamais présager qu’un être humain se cache dans la peau du xéno.

E. L. Ripley

E. L. Ripley © Isopix

Ripley, c’est l’héroine féminine par excellence, ce n’est pas celle qui pleure dans son coin en attendant d’être secourue, non! Ripley prend les décisions qui s’imposent et fera tout pour survivre. Sigourney Weaver qui n’était alors qu’une actrice de théâtre montante a été choisie pour incarner E.L.Ripley. Son talent d’actrice, son charisme et son physique à la fois robuste et féminin l’ont élevée au plus haut rang des héroïnes charismatiques du cinéma de science-fiction et d’horreur. Il faut dire que pour l’époque, c’était une nouveauté, seule Ellen Burstyn dans L’Exorciste était parvenue à changer la donne en incarnant un personnage fort du cinéma d’horreur.

Au départ, un casting uniquement masculin était envisagé, de même que Veronica Cartwright qui joue Lambert dans Alien avait dans un premier temps été auditionnée pour incarner Ripley. On apprend également son prénom, Ellen Louise Ripley, à la fin de la version longue d’Aliens, le retour. Avant cela, uniquement Ripley avec ses initials était visible dans le premier film. L’héroïne apparaitra donc dans quatre volets sur les six de la franchise sortis à ce jour. Ellen Ripley est évoquée également dans le jeu, Alien Isolation, où sa fille Amanda partira à sa recherche 15 ans après les événements du premier film.

La partition maitresse de Jerry Goldsmith

La partition maitresse de Jerry Goldsmith © Isopix

La musique fait partie intégrante de la réussite d’Alien. Tintée de mystère et de peur, elle traduit parfaitement l’idée d’exploration spatiale à laquelle nous convie le réalisateur et contribue amplement à l’immersion du spectateur dans ce huis clos angoissant. Véritable virtuose, Jerry Goldsmith a fait de la bande originale d’Alien, une œuvre d’art à part entière.

L’Alien Day sur LV-426

L’Alien Day sur LV-426 © Isopix

La planète inexplorée LV-426 appartenant au système Zeta Reticuli, sera le théâtre de découvertes incroyables pour les membres du Nostromo. Lors de leur exploration du Derelict, le vaisseau extra-terrestre, G.W. Kane sera attaqué par un facehugger, créature tentaculaire, tout droit sortie d’un œuf, qui viendra se coller directement à son visage. Plusieurs décennies plus tard, on retrouve LV-426 dans Aliens, le retour. Colonisée, elle a été renommée Acheron (référence au cours d’eau qui conduit directement aux enfers dans la mythologie grecque). Ce n’est donc pas un hasard si le 26 avril a été choisi comme date anniversaire d’Alien communément appelée l’Alien day, cela correspond tout simplement au nom donné à cette fameuse planète.

Des courts métrages pour le 40e anniversaire et plein de goodies!

Des courts métrages pour le 40e anniversaire et plein de goodies! © Isopix

En l’honneur des 40 ans de la sortie d’Alien, le huitième passager, c’est branle bas de combat côté marketing avec toutes sortes de goodies (jeu de carte, porte-clé, art print..), une réédition ultra HD en 4K du film principal mais aussi The Making of Alien par J.W. Rinzler, un ultime livre sur les coulisses du film qui sortira fin juillet ainsi que Alien:The Blueprints de Graham Langridge prévu pour septembre contenant tous les plans détaillés des vaisseaux présents dans les films de la franchise. Côté ciné, Alien the Digital Series a été publiée sur IGN, elle reprend les cinématiques de l’excellent jeu Alien Isolation lors duquel Amanda, la fille de Ripley, part à sa recherche 15 après les événements du premier film.



En plus de cela, 20th Century Fox a soutenu six jeunes réalisateurs qui ont mis la main à la patte pour rendre hommage à la franchise au travers de six courts métrages. Tout cela à voir sur la chaine Youtube de IGN.



Le jeu 'Alien Blackout' sur smartphone devrait être également vendu à prix mini ce 26 avril et des rumeurs évoquent une surprise d'Audible, la plate forme de livre audio qui a publié l'excellent 'Alien: La sortie des profondeurs' avec Tania Torrens, la voix française de Ripley. Voilà de quoi vous plonger dans l'univers incroyable de ce chef d'oeuvre qui débarqua un jour de 1979 et qui sans le savoir allait changer à tout jamais le cinéma de science-fiction et d'horreur. Happy Alien Day à tous!

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top