Pas moins de 427.603 conducteurs contrôlés lors de la dernière campagne BOB

Info | Parmi les 427.603 conducteurs contrôlés dans le cadre de la campagne BOB Hiver (du 25 novembre au 30 janvier), 7.693 (soit 1,8%) présentaient un taux d'alcool dépassant la limite légale, a annoncé vendredi la police fédérale par voie de communiqué. Même si le nombre de contrôles est nettement supérieur à l'année dernière (plus du double), il s'agit du pourcentage de conducteurs positifs le plus bas depuis la création des campagnes BOB.

De Belga

Partager cet article

"On observe une nette diminution par rapport à l'édition hivernale précédente (au cours de laquelle 2,7% des conducteurs contrôlés étaient positifs, NDLR). Malgré cette baisse, le message semble ne pas encore avoir percolé jusqu'à tous les conducteurs. Nous poursuivrons sans relâche la lutte contre la conduite sous influence afin d'éviter des drames humains", souligne le commissaire divisionnaire Koen Ricour, directeur de la police fédérale de la route.

Parmi les tendances que l'on peut observer, il apparaît clairement que la majorité des conducteurs contrôlés positif l'ont été durant le week-end. Au total, 5.044 conducteurs roulaient au-dessus de la limite légale de 0,22 mg/l d'air alvéolaire expiré ou 0,5 g/l dans le sang le week-end contre 2.649 en cours de semaine.

En semaine, les conducteurs sont plus souvent contrôlés positifs en journée tandis que le week-end ils sont plus nombreux durant la nuit et ce, alors que dans les deux cas, la majorité des tests ont été réalisés en cours de journée.

La campagne BOB continuera sa prévention tout au long de l'année 2023, via les réseaux sociaux ainsi que dans les lieux où l'alcool peut être acheté. "Cette sensibilisation permanente est essentielle: si personne ne conduisait en étant au-dessus de la limite légale, on pourrait sauver chaque année 115 vies sur nos routes", souligne l'Institut VIAS.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top