Le CIO ouvre la porte aux athlètes individuels russes et bélarusses

Sports | La commission exécutive du Comité international olympique a annoncé à l'issue de sa réunion tenue mercredi une série de décisions en lien avec la guerre en Ukraine. Si les sanctions envers la Russie et le Belarus sont maintenues et la solidarité envers la communauté olympique ukrainienne réaffirmée, le CIO a ouvert la porte à l'intégration à titre individuel des athlètes russes et bélarusses à toutes les compétitions mais sous certaines conditions.

De Belga

Partager cet article

Le CIO demande de "respecter les droits de tous les athlètes à être traités sans discrimination d'aucune forme, conformément à la Charte olympique. Il n'appartient pas aux gouvernements de décider des athlètes qui peuvent participer à une compétition et de ceux qui ne le peuvent pas". On se souvient qu'à la demande du gouvernement britannique, les organisateurs de Wimbledon avaient interdits les Russes et Bélarusses dans le 3e tournoi du Grand Chelem de tennis l'an dernier. Dès lors, "aucun(e) athlète ne devrait être interdit(e) de compétition sur la seule base de son passeport".

Des conditions strictes devront toutefois être respectées pour permettre à ces athlètes de participer.

Il s'agira d'athlètes "neutres" qui "ne représenteraient en aucun cas ni leur État ni aucune autre organisation de leur pays". Par ailleurs, "seuls les athlètes qui respectent pleinement la Charte olympique pourraient participer. En d'autres termes : premièrement, seuls ceux qui n'auront pas été à l'encontre de la mission de paix du CIO en soutenant activement la guerre en Ukraine pourraient concourir. Deuxièmement, seuls les athlètes qui se conformeront entièrement au Code mondial antidopage et à l'ensemble des règles et règlements antidopage correspondants seraient admissibles. Des vérifications devront être effectuées pour chacun(e) des athlètes inscrits."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top