Courtrai demande son ticket pour la BNXT League avec de "réelles ambitions"

Basket | Courtrai a annoncé son intention de jouer en BNXT League la saison prochaine. Le dossier doit être rentré pour le 1er avril et approuvé par la Commission des licences de la Ligue belge de basket, mais 'House of Talents Spurs' a de bonnes chances de rejoindre l'élite belge, ce qu'aucun club n'a tenté depuis 2014 et Limburg United.

De Belga

Partager cet article

"Il y a un potentiel à Courtrai, au niveau de la ville, des investisseurs et du public. L'intérêt est grand d'avoir une équipe au plus niveau", a confié Steve Rousseau, président du club courtraisien depuis deux ans, à l'Agence BELGA. "L'idée d'intégrer la BNXT League émergeait déjà alors que nous étions en TDM2 (divsion 3). Le club a grandi, est monté. On peut compter sur l'expérience de Christophe Beghin". L'ancien international a coaché aussi à Anvers et a rejoint Courtrai en début de saison. Il y a dispose d'un contrat sur plusieurs années.

"Nous avons sondé les responsables au niveau de la ville et des partenaires potentiels qui sont prêts à nous suivre pour monter un budget qui avoisinerait à terme le million d'euros", a poursuivi Steve Rousseau. De quoi demander la licence A à terme et jouer la Coupe d'Europe. "C'est l'ambition, même si on devrait demander d'abord la licence B. Nous avons déjà eu des discussions avec la ligue et nous avons été très bien accueillis".

Dans l'état actuel du dossier, la licence ne devrait pas poser de problèmes pour le club flandrien qui finalisera son projet pour avril. Les décisions sur l'octroi des licences interviennent traditionnellement début mai.

La ligue belge est pour l'heure composée de 10 clubs. Le dernier à avoir demandé son adhésion est Limbourg Utd en 2014, soit un an après le Brussels et Kangoeroes (alors Willebroek, qui a déménagé ensuite à Malines en 2018).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top