Contre les Kiwis, Sébastien Dockier a fait les frais de la rotation à cinq attaquants

Sports | La Belgique, pour la première fois avec un effectif au complet pendant un match, a joué avec une rotation de cinq attaquants, se passant de Sebastien Dockier jusque dans les cinq dernières minutes de la victoire (2-0) contre la Nouvelle-Zélande, mardi soir en quarts de finale de la Coupe du monde de hockey. "Nous nous sommes rendu compte que c'est le meilleur système", a expliqué Florent Van Aubel mercredi matin depuis l'hôtel des Belges à Bhubaneswar, en Inde.

De Belga

Partager cet article

"Par le passé, nous avons joué à six mais cela restreint le temps de jeu de chaque avant. C'est parfois un peu compliqué de rentrer dans son match", a ajouté le 2e buteur contre les 'Black Sticks'. "Nous avons adopté cette rotation à cinq devant depuis l'Euro 2019. Cela permet aux attaquants de plus toucher la balle, de mieux travailler les connexions et d'avoir plus confiance. Avant le tournoi, le staff a décidé de tourner à cinq. Cela veut dire que l'un des six attaquants de la sélection tombe avant chaque match", a dit le joueur du club néerlandais de Pinoké.

Après trois rencontres de poules ternies par les petits pépins physiques de John-John Dohmen, Arthur Van Doren, Simon Gougnard et Alexander Hendrickx, finalement remplacé par Maxime Van Oost, Michel van den Heuvel disposait d'un groupe au complet. Il a donc dû poser un choix avant les quarts de finale.

"Cela fait toujours des déçus. Et les décisions pour les matchs suivants vont également être compliquées. Mais c'est aussi ça le sport de haut niveau", a ajouté Van Aubel avant d'avoir un petit mot pour son équipier Sebastien Dockier, double buteur lors de la phase de groupes mais monté à la 56e minute mardi. "C'est très dommage pour lui car il réalise un grand tournoi et joue très bien."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top