Dépenses record pour la Premier League à une semaine de la fin du mercato hivernal

Premier League | Les clubs de Premier League ont battu leur record des dépenses de transfert pendant la fenêtre de janvier avec déjà un montant de 498 millions d'euros, dont 204 millions pour le seul club de Chelsea, selon une étude du cabinet Deloitte rendue publique mardi. Un record qui pourrait encore bouger à une semaine de la fin du mercato hivernal.

De Belga

Partager cet article

Mardi, à 16h00, les dépenses brutes des équipes de Premier League avaient dépassé le précédent record qui était de 487 millions d'euros en janvier 2018.

"Janvier 2023 a déjà dépassé le record des dépenses effectuées lors de toutes les fenêtres hivernales précédentes, les clubs de Premier League cherchant à renforcer leurs effectifs avant une seconde moitié de saison cruciale", a expliqué Calum Ross, directeur adjoint du groupe Sports Business de Deloitte.

Chelsea, racheté par le milliardaire américain Todd Boehly, a animé le mois de janvier de l'élite anglaise avec des dépenses estimées à environ 204 millions d'euros. Les Blues ont cassé leur tirelire pour s'offrir la pépite ukrainienne Mykhailo Mudryk (22 ans) en provenance du Shakhtar Donetsk dans une transaction estimée à 100 millions d'euros bonus compris.

Le club londonien a également recruté les internationaux ivoirien David Fofana de Molde, français Benoît Badiashile de Monaco, et portugais Joao Felix (prêté par l'Atlético Madrid), sans oublier les espoirs brésilien Andrey Santos (18 ans) et anglais Noni Madueke (20 ans) arrivés respectivement de Vasco da Gama et du PSV Eindhoven.

Dans une autre des grandes transactions de janvier, Liverpool a engagé l'attaquant néerlandais Cody Gakpo, révélation du dernier Mondial, en provenance du PSV pour près de 50 millions d'euros.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top