Daniel Yule gagne le slalom de Kitzbühel, Armand Marchant 17e

Sports | Le Suisse Daniel Yule a remporté le slalom de Kitzbühel, 23e manche (sur 39) de la Coupe du monde masculine de ski alpin, dimanche, en Autriche. Armand Marchant a fini 17e et Sam Maes 27.

De Belga

Partager cet article

Yule occupait la septième place à l'issue de la première manche. Il a bondi au premier rang grâce à une seconde manche bouclée en 51.60, le troisième chrono des engagés, pour un total de 1:44.63. Il décroche, à 29 ans, sa 8e victoire en Coupe du monde, la 2e lors du slalom de Kitzbühel après un succès en 2020.

Le Britannique Dave Ryding, auteur du meilleur temps de la seconde manche, a pris la deuxième place à 40/100e, juste devant le Norvégien Lucas Braathen, troisième à 41/100e. Leader après la première manche, l'Autrichien Manuel Feller a enfourché une porte dès le début de la seconde. L'Allemand Linus Strasser s'est classé quatrième à 42/100e, juste devant le Norvégien Henrik Kristoffersen (+0.47).

Après six slaloms (sur dix), Braathen en profite pour prendre la première place au classement du petit globe de la discipline avec 370 points, détrônant Kristoffersen (365). Yule (334 points) grimpe en troisième position.

Au général de la Coupe du monde, le Suisse Marco Odermatt (1.1186) reste solide leader devant le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde (961). Tous deux n'ont pas disputé le slalom.

Vingt-neuvième de la première manche, Armand Marchant réalisait une bonne seconde manche, conclue avec le 5e chrono, grimpant de 12e positions pour terminer 17e à 1.72 du vainqueur. C'est la deuxième fois de la saison que Marchant termine 17e en Coupe du monde.

Vingt-cinquième de la première manche, Sam Maes commettait une erreur en début de parcours et risquait de chuter. Il restait debout, mais perdait 5 secondes dans l'aventure et ralliait l'arrivée avec un retard de 9.29 sur le vainqueur.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top