Adèle Robert, première arbitre féminine à siffler un match de D1 messieurs en rugby

Sports | Dimanche (15h00) à Frameries face à Dendermonde, Adèle Robert sera l'arbitre principale. Ancienne joueuse, ayant pris le sifflet en 2018, affiliée au club de Soignies, Adèle Robert sera ainsi la première arbitre féminine à diriger une rencontre de rugby masculin en D1.

De Belga

Partager cet article

"C'est une fierté, un moment que j'attends avec impatience", a expliqué l'Ecaussinoise, 29 ans, à l'Agence BELGA vendredi. "Il y a pas mal d'émotions qui se mélangent, mais j'essaie de rester les pieds sur terre en espérant que cela ne soit qu'un point de départ. Je siffle déjà en D2 et D3 chez les messieurs et des matches féminins bien sûr. Il y a très peu d'arbitres féminines. On essaie de promouvoir cela."

Figure de proue de l'arbitrage féminin belge, cette employée de la ligue francophone de rugby (en charge de l'arbitrage et de la promotion du rugby dans les écoles) gravit rapidement les échelons. Remarquée par Rugby Europe, elle fut la première femme à arbitrer en Trophée européen féminin en novembre 2019.

Le 26 novembre, Adèle Robert a dirigé le test match féminin entre le Portugal et la Suède pour sa première rencontre de World Rugby. Elle siffle aussi des rencontres de rugby à VII. "Au niveau européen, l'Ecossaise Hollie Davidson a été la première à diriger un match masculin en janvier. Cela a fait du bruit. C'est quelque chose de tout neuf", a expliqué encore Amélie Robert qui a obtenu le statut d'Ambassadeur Wallonie Ambition Or (WAO) qui soutient notamment des sportifs en vue de renforcer la pratique du sport de haut niveau. "Ce sont des sportifs qui reçoivent une bourse, et là comme arbitre, je prends ça aussi comme une reconnaissance. Cela va m'aider à me préparer et à supporter les frais de déplacements et d'hébergements qui sont à ma charge à l'étranger."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top