Gabriella Willems combattra pour le bronze de moins de 70kg lors du Masters de judo

Sports | Gabriella Willems tentera de décrocher la médaille de bronze dans la catégorie des moins de 70 kg lors du Masters de judo de Jérusalem, mercredi, en Israël. La Belge, 19e mondiale, y affrontera la Japonaise Saki Niizoe (IJF 3).

De Belga

Partager cet article

Écartée du circuit principal pendant plus d'un an, entre avril 2021 et avril 2022, en raison d'une rupture des ligaments croisés, la Liégeoise a signé plusieurs performances de premier choix pour sa troisième participation à ce tournoi de fin de saison qui rassemble les 36 meilleurs de chaque catégorie.

Willems a débuté son parcours par une victoire, sur ippon, contre la Britannique Kelly Petersen Pollard (IJF 14) après 1:18 du golden score.

La Belge de 25 ans a enchaîné en écartant l'Australienne Aoife Coughlan (IJF 7), disqualifiée après trois shidos après 1:14 en prolongation.

Sur sa lancée, Willems a dominé la Croate Lara Cvjetko, 21 ans et 6e mondiale, double vice-championne du monde (2021, 2022), en s'imposant sur ippon (immobilisation).

La Belge a vu ses espoirs de médaille d'or s'envoler en demi-finales contre l'Autrichienne Michaela Polleres, 10e mondiale, qui s'est imposée grâce à deux waza-ari en près de 3 minutes de combat. Polleres, 25 ans et vice-championne olympique en 2021, défiera la Française Marie-Eve Gahie (IJF 8) en finale.

Après des éliminations au 2e tour en 2019 et au 1er en 2021, Willems signera, qu'importe l'issue du combat pour le bronze, son meilleur résultat au Masters. Cette performance est dans la lignée de ses dernières sorties en Grand Chelem, elle qui a été battue en finale à Abou Dhabi fin octobre ainsi qu'à Bakou début novembre.

Matthias Casse et Sami Chouchi disputeront aussi chacun un combat pour le bronze en moins 81 kg lors de la session finale, qui débute sur le coup de 16h.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top