Brésil: première victoire de Lula, au Sénat, sur les minima sociaux

Info | Le président élu du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, a remporté une première victoire au Parlement avec l'approbation, tard mercredi au Sénat, d'un amendement constitutionnel qui autorise des dépenses exceptionnelles pour garantir le versement de minima sociaux.

De Belga

Partager cet article

Le texte a été approuvé par une large majorité de 64 sénateurs sur 81, lors des deux tours de vote à la chambre haute, alors que seuls 49 (trois cinquièmes) étaient nécessaires.

Il octroie au futur gouvernement Lula 145 milliards de réais (26 milliards de dollars) sur deux ans au-delà du plafond des dépenses pour financer des programmes sociaux.

Pour être adopté, l'amendement constitutionnel doit encore recueillir les votes favorables d'au moins 309 des 513 députés, qui vont commencer à l'examiner la semaine prochaine.

L'autorisation de ces dépenses exceptionnelles vise à pérenniser les allocations de 600 réais (110 euros) versées aux familles les plus pauvres, un montant déjà en vigueur depuis le mois d'août, sous le gouvernement du président sortant d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Lula, qui débutera son mandat le 1er janvier, s'est engagé à verser une prime de 150 réais mensuels pour chaque enfant en bas âge.

L'amendement, s'il est approuvé en l'état par la chambre basse, permettra également de débloquer des fonds pour le programme de pharmacies populaires, avec d'importantes réductions pour l'achat de médicaments, et pour l'augmentation du salaire minimum.

"C'est un pacte de la société brésilienne contre la faim", a déclaré le sénateur Marcelo Castro, co-auteur du texte, lors du débat à la chambre haute.

Plus de 33 millions de Brésiliens souffrent de la faim, et le pouvoir d'achat des plus pauvres a été fortement entamé par la crise du Covid-19 et par l'inflation.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top