Le jour où Maradona brisa le rêve mondial belge

Football | En 1986, les Diables Rouges écrivaient l'une des plus belles pages de leur histoire en se hissant en demi-finales de la Coupe du monde. Mais le 25 juin, les Belges ne purent pas grand-chose face à l'Argentine d'un certain Diego Maradona. Inarrêtable, le génie argentin avait quasiment forgé cette victoire à lui seul, comme il savait si bien le faire.

De Pickx

Partager cet article

Le 25 juin 1986, la Belgique a rendez-vous avec l’histoire. Les Diables sont en demi-finales de la Coupe du Monde, disputée au Mexique. Face à eux, l’Argentine et son numéro 10 star, Diego Maradona. Après sa prestation étincelante en quarts de finale contre l’Angleterre, on sait que l’Argentin sera l’homme à arrêter pour espérer s’imposer. Mais malgré toute la bonne volonté de nos Diables, Maradona se montrera impérial pour offrir à son pays une victoire 2-0 totalement méritée.

Auteur de l’un des plus beaux buts de l’histoire face aux Anglais, Maradona allait remettre ça face à la Belgique. Une marche de plus franchie vers le sacre mondial. Le festival Maradona n’a pas tout de suite démarré. En première période, les hommes de Guy Thys, qui avait opté pour un marquage autour de l’Argentin et non directement sur lui, font bien leur job et musèlent Maradona. À la pause, le score est de 0-0.

Le poignard argentin

Mais en seconde période, les Diables craquent deux fois en dix minutes. Fatigués par les deux matchs précédents qui sont allés aux prolongations (URSS) et aux tirs au but (Espagne), les Belges baissent de rythme, permettant aux Argentins de percer par deux fois notre arrière-garde, à la 52e puis à la 63e. Et c’est à chaque fois Maradona qui s’en charge. Roublard et somptueux face à l’Angleterre, Maradona devient vif et chirurgical contre la Belgique. S’il est évidemment le moteur de son équipe, celui par qui le jeu passe toujours, il sait aussi se faire oublier pour mieux surgir quand c’est nécessaire.
 
Il le montre sur le premier but de la rencontre en partant dans la profondeur sur une petite passe pour résister à la charge de deux Diables et à la sortie de Jean-Marie Pfaff. Il pique habilement son ballon et lance l’Argentine. Sur le second but, Maradona enclenche le mode patron et fait étalage de sa technique. Le numéro 10 efface trop facilement quatre Diables (qui le regardent plus jouer qu’autre chose) avant de frapper et tromper encore une fois Pfaff. C'est trop rapide pour les Belges. En finale, les Argentins viendront à bout des Allemands de l'Ouest. Nos Diables, quant à eux, termineront quatrièmes, battus par la France dans le match pour la troisième place.

Olivia Borlée reviendra avec Maurane Marinucci et Aline Zeler sur cet événement dans le prochain épisode de l'émission 'Les Grandes Impressions' ce lundi à 22h20 sur Pickx+ (chaîne 13).

À lire également :

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top