Andrea Agnelli quitte la présidence de la Juve: "Il vaut mieux partir tous ensemble"

Serie A | Après 12 ans à la tête du club italien, Andrea Agnelli a annoncé son départ dans la foulée de la démission en bloc du Conseil d'administration de la Juventus lundi soir.

De Belga

Partager cet article

Le désormais ex-président de la Juventus s'est exprimé dans une lettre envoyée à tous les employés de la Grande Dame qui a dû laisser filer le titre en Serie A la saison dernière et dont des extraits sont publiés par la Gazzetta dello Sport, le quotidien sportif italien.

"Nous affrontons un moment délicat au niveau de la société et la cohésion n'est plus là. Il vaut mieux partir tous ensemble en donnant la possibilité à une nouvelle équipe de renverser la partie", a écrit Andrea Agnelli, 46 ans, qui souligne dans sa missive des "résultats extraordinaires" dont le Stadium, les neuf titres de champion d'Italie d'affilée, les cinq consécutifs aussi chez les dames, évoquant aussi les finales perdues en Ligue des Champions à Berlin (en 2015) et Cardiff (en 2017), "nos plus grands regrets", souligne-t-il.

Le parquet de Turin s'intéresse à la pratique, que la Juve a multipliée, des "faux échanges" de joueurs: des ventes croisées avec d'autres clubs, sans échange d'argent mais permettant d'inscrire des plus-values dans les bilans.

Les magistrats ont chiffré ces plus-values "fictives" à quelque 155 millions d'euros entre 2018 et 2021, selon les médias.

Le club, coté en Bourse, aurait en outre caché à ses investisseurs l'existence d'accords privés avec des joueurs, dont l'attaquant vedette portugais Cristiano Ronaldo, pour régler certains salaires en différé.

La "Vieille Dame", éliminée dès les phases de poule de la Ligue des Champions, est dans le rouge ces cinq dernières années et avait enregistré la saison dernière 255 millions d'euros de pertes: un déficit record dans le football italien.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top