Ross Brawn, 68 ans, directeur sportif, confirme son retrait définitif de la Formule 1

Sports | A 68 ans, Ross Brawn a confirmé son retrait de la Formule 1 dont il occupe le poste de directeur sportif depuis six ans. Ancien ingénieur à succès chez Benetton et Ferrari, directeur chez Honda/Brawn GP puis Mercedes, le Britannique a estimé que "c'était le bon moment pour partir à la retraite", a-t-il confié lundi sur le site officiel de la F1, laissant la Formule 1 "plus forte qu'elle ne l'a jamais été".

De Belga

Partager cet article

Engagé en 2015 au moment de la prise de pouvoir du grand cirque de la F1 par les Américains de Liberty Media, Ross Brawn a contribué aux réformes souhaitées par les nouveaux actionnaires aboutissant à un règlement technique modifié cette année ou l'introduction des courses sprint.

"Je n'avais plus envie de faire partie d'une écurie, j'ai estimé que j'en avais fait assez. Et c'était la seule chose qui pouvait encore m'attirer. J'ai eu beaucoup de chance que Liberty me donne cette opportunité, et c'était un travail passionné. C'est le bon moment pour que je prenne ma retraite. On a fait le gros du travail et on est désormais dans une période de consolidation. Une nouvelle voiture arrive en 2026, mais c'est dans quatre ans, c'est assez loin pour moi, donc il vaut mieux que le prochain groupe de personnes prenne le relais. Je pense que je laisse la F1 dans une excellente situation", a commenté Ross Brawn balayant les rumeurs d'un retour chez Ferrari. "J'ai aimé presque chaque minute de ma carrière faite de 46 années, et j'ai eu la chance de travailler avec de grandes équipes, de grands pilotes et de grandes personnes. Je ne changerais rien à tout ça", a-t-il ajouté laissant vacant son poste qui n'a toujours pas été désigné par l'Italien Stefano Domenicali, le CEO de la F1.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top