De Croo dément avoir donné son accord sur le budget présenté par Eva De Bleeker

Info | Conversation WhatsApp à l'appui, le porte-parole du Premier ministre Alexander De Croo a finalement formellement démenti dimanche soir que son cabinet a donné son accord au budget 2023 tel qu'initialement soumis au Parlement par la secrétaire d'État au Budget de l'époque Eva De Bleeker (Open VLD).

De Belga

Partager cet article

Cette dernière a démissionné le 18 novembre, emportée par des problèmes de chiffres constatés dans le projet de budget 2023. M. De Croo avait affirmé regretter une "erreur matérielle" du cabinet de la secrétaire d'Etat, due à la prise en compte pour 2023 d'une baisse pérennisée de TVA sur l'énergie, sans l'adaptation d'accises censée rendre la mesure neutre budgétairement.

Dans un message posté sur le réseau professionnel LinkedIn, un ex-collaborateur de la secrétaire d'État a affirmé samedi que le cabinet du Premier ministre avait donné "explicitement son accord via WhatsApp pour la version (du budget) dans sa version 1,3 milliard (d'euros) de réduction des charges" - celle que Mme De Bleeker avait déposé à la Chambre.

"Cela signifie que le Premier ministre lui-même a approuvé la première version qui a été soumise au Parlement", précisait cet ancien collaborateur.

Une affirmation formellement démentie par le porte-parole du Premier ministre qui tient à disposition, pour prouver ses dires, la conversation WhatsApp sur le sujet et des extraits du comité de lecture, composé de représentants de tous les vice-Premiers ministres, et chargé de contrôler une dernière fois le budget avant qu'il ne soit déposé à la Chambre.

"Nous avons signalé en temps utile qu'il y avait des erreurs dans les notes explicatives du budget qui ne correspondaient pas aux notifications budgétaires ni aux lois d'exécution du budget", a assuré le cabinet du Premier.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top