Le Sénégal pousse le Qatar vers la sortie

Football | Après être devenu le premier pays hôte à perdre son match d'ouverture d'une Coupe du monde, le Qatar a été poussé un peu plus vers la sortie par le Sénégal, vendredi (1-3). Grâce à Boulaye Dia (41e), Famara Diedhiou (48e) et Cheikh Dieng (84e), les Lions se sont relancés dans la course au deuxième tour.

De Belga

Partager cet article

Très décevant dans le jeu dimanche contre l'Équateur, le Qatar a tenté de montrer un autre visage, mais ses bonnes intentions ont vite été contrées par un Sénégal posté très haut, au point que les champions d'Afrique, à l'exception du gardien, se sont régulièrement retrouvés dans la zone adverse. Dominateur et peu inspiré en attaque, le Sénégal a dû attendre que le défenseur qatari Boualem Khoukhi manque complètement son dégagement pour que Dia marque le premier but sénégalais (41e, 0-1).

Alors qu'ils ont relâché l'étreinte après leur but, les Lions ont démarré la seconde période et Diedhiou, qui a remplacé numériquement Cheykhou Kouyaté, blessé, a fait le break de la tête (48e, 0-2). Alors qu'il conservait le monopole du ballon à un rythme très tranquille, le Sénégal a cafouillé à plusieurs reprises en défense. Ainsi Mendy a dû bloquer la première frappe cadrée qatarie d'Al Moez Ali (62e) avant de dévier un coup de tête d'Ismail Mohamad (68e). Mais le gardien de Chelsea n'a pu éviter le but des champions d'Asie du réserviste Mohammed Muntari (78e, 1-2). Les remplaçants ont également joué un rôle important côté sénégalais puisque le passeur Iliman Ndiaye et le buteur Dieng étaient montés au jeu dix minutes plus tôt (84e, 1-3).

Le résultat du duel dans la foulée entre les Pays-Bas et l'Équateur pourrait sceller le sort du pays hôte.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top