Dua Lipa, Ed Sheeran et Lizzo font augmenter les revenus et les bénéfices de Warner Music

Musique | Des artistes pop tels que Dua Lipa, Lizzo, Ed Sheeran et Jack Harlow ont permis au distributeur de musique Warner Music Group d'augmenter ses ventes et ses bénéfices au dernier trimestre. Leur musique a en effet été l'une des principales sources de revenus, rapporte l'entreprise médiatique américaine, qui a tiré davantage de ressources financières des plateformes de streaming et des services aux artistes.

De Belga

Partager cet article

Le chiffre d'affaires total a augmenté de 9% par rapport à la même période de l'année dernière, pour atteindre près de 1,5 milliard de dollars. Les redevances perçues par Warner Music pour les chansons des artistes du label diffusées en streaming ont particulièrement et fortement augmenté.

La fin de la plupart des restrictions liées au coronavirus a en outre permis d'organiser beaucoup plus de concerts qu'un an auparavant, ce qui a incité les artistes à utiliser davantage les divers services offerts par le conglomérat médiatique. Par exemple, les maisons de disques s'occupent aussi souvent de la vente de produits dérivés pour les fans autour des concerts.

Comme de nombreuses autres entreprises américaines, Warner Music a également souffert de la cherté du dollar, qui rend les ventes réalisées dans d'autres pays moins intéressantes. Sans les effets de change, les ventes auraient augmenté de 16%.

Le bénéfice net s'est, lui, établi à 150 millions de dollars, soit cinq fois plus qu'un an plus tôt. Outre les revenus générés par la musique dont Warner Music gère les droits, ce montant s'explique par les transactions financières liées à la musique téléchargée illégalement. Ces accords, conclus avec des fournisseurs d'accès à Internet qui n'auraient pas suffisamment lutté contre les téléchargements illégaux, ont généré 38 millions de dollars.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top