Des chapeaux arc-en-ciel refusés à l'entrée du match entre les USA et le Pays de Galles

Football | L'ancienne capitaine de la sélection galloise Laura McAllister et une association de supporters gallois ont raconté avoir dû enlever leurs chapeaux arc-en-ciel pour assister à Etats-Unis - pays de Galles (1-1) lundi, nouveau signe des tensions en Coupe du monde autour des symboles LGBT+.

De Belga

Partager cet article

"Pendant que nous faisions la queue, nous avons entendu que les gens qui portaient un bob arc-en-ciel", le symbole de l'association galloise de supporters LGBT Rainbow Wall, "avaient dû l'enlever", a raconté à la chaîne ITV News l'ex-joueuse, qui siège entre autres au comité exécutif de la fédération galloise.

Comme le montre une vidéo sans son diffusée sur Twitter par Rainbow Wall, l'ex-capitaine a franchi le portillon de contrôle avec son chapeau avant qu'une agente puis un agent de sécurité ne le montrent du doigt et, selon elle, lui intiment de l'enlever.

"Ils ont dit que c'était un symbole interdit et que nous n'étions pas autorisés à le porter dans le stade", a expliqué Laura McAllister.

L'ancienne joueuse a raconté avoir été contrainte, avec d'autres, de "ressortir du stade" pour déposer le couvre-chef "dans une zone pour objets trouvés", mais elle a préféré glisser le chapeau dans son sac pour l'introduire de nouveau dans l'enceinte, "une petite victoire morale".

De son côté, Rainbow Wall a fait état dans la soirée sur son compte Twitter de "supportrices galloises contraintes de retirer" leur chapeau arc-en-ciel. "Pas les hommes, juste les femmes. La FIFA, ÊTES-VOUS SÉRIEUX!!", s'agace l'association, avant de préciser que les supporters hommes ont dans un deuxième temps reçu la même consigne.

Avant la rencontre, le journaliste américain Grant Wahl avait raconté sur Twitter avoir été retenu par le personnel de sécurité parce qu'il portait un tee-shirt arc-en-ciel.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top