Beveren et le RWDM se quittent dos à dos à l'issue de leur duel au sommet

Challenger Pro League | Samedi soir, le duel opposant les deux équipes partageant la tête de la Challenger Pro League, Beveren et le RWDM, a abouti à un partage 1-1, à l'occasion de la 14e journée de championnat. À six matches de la fin de la phase classique, tout reste à jouer.

De Belga

Partager cet article

Les Waeslandiens ne sont pas tombés dans le même piège qu'au match aller, lorsqu'ils ont été défaits 3-1 au Stade Machtens par des Molenbeekois qui n'ont pas hésité à laisser le ballon à leur adversaire du jour. En première période, deux blocs défensifs solides se sont fait face, tandis que les tentatives de construction offensive étaient trop souvent avortées à cause de déchets techniques.

Quelques secondes avant la mi-temps, Beveren est néanmoins parvenu à prendre l'avantage lorsque Mbokani a dévié un dégagement vers Barry, lequel a surpris tout le monde, Théo Defourny le premier, en décochant à la retourne une frappe lumineuse en lucarne, hors de portée du gardien molenbeekois (1-0, 45e+1).

En deuxième période, après quelques minutes émaillées de pertes de balle de part et d'autre, le RWDM est parvenu à égaliser. Face à une défense quelque peu désorganisée, un contre mené par Biron est parvenu chez Challouk sur le côté droit. Le maître à jouer bruxellois a pris de vitesse son défenseur avant de centrer en puissance vers Biron qui s'est jeté pour conclure l'action (1-1, 56e).

En fin de rencontre, les deux équipes ont payé le prix d'un match intense, chacune tentant de s'emparer de la victoire sans pour autant se créer d'occasion concrète.

C'est donc le statu quo au classement puisque Beveren ne devance le RWDM qu'au nombre de buts marqués. Les deux équipes comptent 28 points, soit 2 de plus que le Beerschot, 3e.

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top