L'Agence mondiale antidopage saisit le Tribunal arbitral du sport dans l'affaire Valieva

Sports | L'Agence mondiale antidopage (AMA) a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans l'affaire de dopage de la patineuse russe Kamila Valieva en raison de l'absence de progrès constatée dans les investigations de l'agence russe (RUSADA). Le président de l'AMA Witold Banka l'a annoncé mardi sur Twitter.

De Belga

Partager cet article

"Malgré la mise en demeure de la RUSADA de résoudre rapidement l'affaire Kamila Valieva, aucun progrès n'a été réalisé", a écrit Banka. "Par conséquent, je peux confirmer que l'AMA a maintenant officiellement saisi directement le Tribunal arbitral du sport."

Valieva, 16 ans, s'était retrouvée au centre d'une retentissante affaire de dopage en plein pendant les Jeux Olympiques de Pékin en février dernier.

Championne d'Europe et grande favorite en individuel, Valieva avait remporté le titre par équipes, réalisant en prime les premiers quadruples sauts féminins de l'histoire olympique.

Mais le lendemain de ce titre, un contrôle antidopage positif à une substance interdite (trimétazidine) datant du 25 décembre et notifié le 8 février, avait été révélé.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) l'avait autorisée à continuer à participer aux Jeux de Pékin malgré son contrôle positif, en invoquant son jeune âge. Après avoir réussi à dominer le programme court dans un climat pesant, elle s'était effondrée dans le programme libre pour finalement terminer au pied du podium et en larmes.

Le Comité international olympique n'a pas attribué de médailles pour l'épreuve par équipes, dans l'attente des résultats de l'enquête sur le cas Valieva.

Le 21 octobre, la RUSADA a annoncé qu'elle ne communiquerait pas sur l'enquête concernant la jeune patineuse.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top