Beveren démarre ses matches en fanfare, le Freethiel forteresse imprenable

Challenger Pro League | Le SK Beveren a gagné difficilement (et par le plus petit écart) son duel face au Club NXT, samedi soir. Le co-leader du championnat a de nouveau inscrit un but (très) rapide via son capitaine Kevin Hoggas pour empocher les trois points. Un scénario qui commence à devenir un classique au Freethiel.  Analyse...

De Tagtik

Partager cet article

En effet, le SK Beveren n'a pas seulement remporté ses cinq derniers matches à domicile, il a également marqué un but dans le premier quart d'heure lors de quatre de ces cinq matches. 



Contre le SL16 FC (victoire 2-1), Daniel Maderner avait égalisé à la 15e minute après un but encore plus précoce d'Ohio. Dans trois autres rencontres, le départ en fanfare des Waaslandiens leur a à chaque fois permis de prendre l'avance.

Contre le KMSK Deinze, c'est Kevin Hoggas (déjà) qui avait marqué très tôt (9e) tandis que Thierno Barry avait ouvert le score face à Jong Genk après moins d'une minute. Samedi, Hoggas n'a eu besoin que de quatre minutes pour déflorer le marquoir contre le Club NXT.

Contre le Lierse, Beveren a eu besoin d'un peu plus de temps pour dessiner les contours d'une nouvelle victoire à domicile. Dans ce match, Ribeiro Costa a ouvert le score après 25 minutes, avant que Beveren ne marque 4 goals supplémentaires pour assommer complètement les Pallieters.

Jusqu'ici, l'Excelsior Virton reste la seule équipe à n'être pas repartie du Freethiel les mains vides. Les Luxembourgeois ont réussi à contraindre Beveren au match nul (2-2) lors de la deuxième journée de championnat. Mais depuis, Beveren reste sur une impressionnante série sans avoir abandonné le moindre point à domicile.

Le contraste avec la saison passée est donc saisissant. L'an dernier, Beveren avait perdu 6 de ses 14 matches à domicile.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top