L'argent pour Matthias Casse et Gabriella Willems à Bakou, le bronze pour Abdul Umayev

Sports | Le vice-champion du monde Matthias Casse (-81 kg), Gabriella Willems (-70 kg) et Abdul Umayev (-73 kg), les trois judokas belges qui participaient au Grand Chelem de Bakou samedi sont montés sur le podium en Azerbaïdjan. Willems et Casse ont décroché l'argent, après avoir perdu leur finale, tandis qu'Umayev a remporté le bronze, bouclant sa compétition par une victoire.

De Belga

Partager cet article

Matthias Casse (IJF 2) s'est fait surprendre par Saeid Mollaei (IJF 7) sur un contre exécuté par l'Iranien, qui concourt depuis le mois de mai sous la bannière du Kazakhstan. Mollaei a parfaitement défendu son avantage après avoir obtenu un waza-ari, condamnant Casse à l'argent pour sa quinzième médaille dans un tournoi international et la 6e en Grand Chelem. En termes de confrontations mutuelles, Mollaei a porté le score à 3-3. Casse, déjà 2e de l'Euro de Sofia et du Mondial de Tachkent cette année, se consolera en retrouvant la place de N.1 mondial dans la catégorie des moins de 81 kg où il détrône le champion du monde le Géorgien Tato Grigalashvili qui a brillé par son absence dans la capitale de l'Azerbaïdjan.

Gabriella Willems (IJF 24) a dû reconnaître la supériorité de Sanne van Dijke en finale. Après une minute, la Néerlandaise (IJF 2) a renversé la Liégeoise par un balayage, remportant la victoire sur ippon. Quatorze jours après l'argent au Grand Chelem d'Abu Dhabi, c'est donc une nouvelle deuxième place pour Willems.

Abdul Umayev (IJF 92) a remporté le combat pour le bronze contre l'Ouzbek Murodjon Yuldoshev (IJF 9), grâce à un waza-ari obtenu après trois minutes dans les prolongations. Après le bronze à Antalya le 2 avril dernier, Abdul Umayev a remporté à Bakou sa deuxième médaille dans un Grand Chelem.

Sophie Berger (IJF 53) sera encore en action chez les -78 kg, dimanche à Bakou.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top