Les grands récits de la Coupe du monde : un joueur sud-coréen interdit d'Italie

Football | La grande histoire de la Coupe du monde est aussi pleine de petites histoires qui rendent l'événement si spécial. Comme en 2002, lorsque la Corée du Sud est apparue comme la révélation du tournoi, mais cela n'a pas été accueilli par des acclamations partout.

De Pickx

Partager cet article

Lors de la Coupe du monde 2002, la Corée du Sud, pays hôte, s'est imposée comme l'une des sensations du tournoi. Les troupes du sélectionneur national Guus Hiddink n'ont été arrêtées que par l'Allemagne (1-0) en demi-finale. Sur leur chemin, les Coréens ont éliminé l'Italie, entre autres, en huitième de finale. Un succès dû notamment à Ahn Jung-hwan, qui a marqué un but en or (2-1) dans les prolongations. A l'époque, l'attaquant sud-coréen était sous contrat avec Perugia en Serie A.

Persona non grata en Italie

Tout de suite après l'élimination de l'Italie, le président de Pérouse, Luciano Gaucci, a montré sa face la plus sombre. Il a immédiatement décidé de résilier le contrat de location de son attaquant coréen. "Je n'ai pas l'intention de payer un salaire à quelqu'un qui a détruit le football italien", a déclaré Gaucci aux médias italiens. Un peu plus tard, le président a fait volte-face et a même offert à Jung-hwan un contrat permanent de trois ans, mais le dommage était irréparable.

Jung-hwan s'est montré un homme de principes et, pour cela, il était même prêt à risquer sa carrière en Europe. "Je ne vais pas mener des négociations de transfert avec un club qui préfère commettre un délit d'opinion plutôt que de me féliciter pour mes bonnes performances à la Coupe du monde", a déclaré le Coréen. Le fait qu'il ait également abordé ouvertement l'atmosphère raciste dans les stades italiens et dans le vestiaire de Pérouse à plusieurs reprises au cours des années précédentes n'a pas non plus apporté une note positive à l'affaire.

Une star de la télévision

Cette prise de position pleine de courage a empêché de nombreux autres clubs italiens et européens de s'intéresser à Ahn Jung-hwan. Cependant, il était devenu une véritable star en Asie après ses deux buts cruciaux lors de la Coupe du monde 2002. Même si la FIFA lui a mis des bâtons dans les roues en prenant le parti de Pérouse et en condamnant le joueur à payer une amende de 3,5 millions d'euros pour rupture de contrat.

Cela a forcé Jung-hwan à passer dans la J-League, la division d'élite au Japon, où il était sûr d'être bien rémunéré et où il a également signé un contrat avec une société de médias japonaise. Il est apparu ainsi régulièrement dans des émissions de divertissement. Le fait que le footballeur soit séduisant, éloquent, qu'il ait eu une relation très médiatisée avec Miss Corée 2001 et qu'il soit le sosie du célèbre acteur asiatique Cha In-pyo a également joué un rôle.

Finalement, cette période turbulente n'a pas nui à Ahn Jung-hwan. Même après avoir officiellement pris sa retraite footballistique en 2012 (après des passages, certes peu médiatisés, en Europe à Metz, Duisburg et Hearts), son étoile continue encore de briller. Non plus sur les pelouses, mais en tant qu'analyste dans des émissions sportives et en tant que célébrité très recherchée du showbiz sud-coréen.

Toujours plus de grands récits ?

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top