Ils méritaient le Ballon d’Or… mais ont été oubliés

Football |

S’il y a des saisons où le vainqueur du Ballon d’Or ne fait aucun doute, d’autres sont plus serrées. Ce qui fait que certains joueurs qui ont écrit la légende du football sont tout simplement passés à côté de la plus prestigieuse récompense individuelle. 

De Pickx

Partager cet article

Gigi Buffon

Alors qu’il entame peut-être (enfin) la dernière année de sa longue carrière, Gianluigi Buffon se retirera sans avoir triomphé au Ballon d’Or. Nommé à huit reprises, il échoue à la deuxième place en 2006 où il n’est devancé que par son équipier en sélection Fabio Cannavaro avec qui il vient de devenir champion du monde. En 2017, il réussit l’exploit, à 39 ans, de se classer quatrième derrière le trio Ronaldo, Messi, Neymar. En 2013, Gianluigi Buffon est même élu meilleur gardien du XXIe siècle. Mais tout cela et son palmarès en club ne lui auront pas suffi pour glaner le Ballon d’Or.

Et pour les gardiens, cet exploit est difficile et même impossible puisque depuis 1956, un seul l’a fait, le Russe Lev Yachine. A côté du nom de Buffon, on peut nommer Iker Casillas ou encore Manuel Neuer, deux portiers avec qui l’Italien détient le record de titres de meilleur gardien de l’année. Les trois portiers ont en effet été sacré à 5 reprises chacun. 

Paolo Maldini

Vainqueur de la Ligue des champions à cinq reprises, seul quatre clubs font mieux, faisant partie de l’équipe du XXe siècle, considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de tous les temps… mais échouant au Ballon d’Or. Paolo Maldini a révolutionné le poste de défenseur en participant activement à l’animation offensive de son équipe avec sa qualité de passe, sa vitesse et sa technique. Il a tout gagné en club, a été finaliste à la Coupe du monde et à l’Euro et fait deux fois troisième au Ballon d’Or. Mais là encore, les défenseurs ne reçoivent que trop rarement les lauriers. 

Dans l’histoire, seuls trois défenseurs ont eu le privilège de recevoir le trophée : Franz Beckenbauer à deux reprises, Matthias Sammer et Cannavaro. Ont donc été oubliés des joueurs comme Cafu, Roberto Carlos ou encore plus près de nous Sergio Ramos qui a tout gagné en club et en sélection. 

Iniesta

Don Andres. Deuxième en 2010, troisième en 2012 mais toujours dans l’ombre de Messi. C’est pourtant le milieu de terrain qui offre cette année-là la Coupe du monde à l’Espagne avec son but en finale. Andres Iniesta est, tout comme Messi, champion d’Espagne avec le Barça. Mais les statistiques de Messi ont primé sur la classe, la technique… et la discrétion de celui qui sera nommé meilleur joueur de l’Euro 2012. Avec 39 titres officiels, il est ainsi le joueur espagnol le plus titré de l’histoire. Mais encore une fois, il manque à son palmarès la plus belle distinction individuelle. 

Une caractéristique qu’il partage avec son compère de toujours, Xavi, nommé trois fois troisième du Ballon d’Or. Dans les milieux de terrain oubliés, on peut citer Steven Gerrard, Frank Lampard, Ryan Giggs ou encore Frank Rijkaard. Que du beau monde.

Thierry Henry

Ligue des champions, Premier League, Coupe du monde, Euro, des statistiques, des émotions, des plats du piedThierry Henry, c’est une légende du football. Demandez aux supporters d’Arsenal. Il y était tout proche en 2003 et 2006 avec deux podiums mais il a été barré par Pavel Nedved et le duo italien Cannavaro/Buffon. L’actuel adjoint de Roberto Martinez à la tête de la sélection belge nous a fait rêver, mais pas suffisamment pour ce trophée.

Et des attaquants qui sont passés à côté, il y en a à la pelle : Raul, Eto’o, Drogba, Shearer, Batistuta ou encore Bergkamp. Des défenseurs et des gardiens, ces gars-là en ont martyrisés durant leur carrière. 

Ferenc Puskás

Puskas, un nom qui sent bon le football. Surnommé le Major galopant, il avait pour les plus jeunes un touché de balle peut-être meilleur que celui d’un Lionel Messi. Et devant le but? Une machine. Avec son club du Honved en Hongrie, il marque 434 buts en 405 matchs. Pour le Real Madrid, il dispute 262 rencontres et inscrit 242 buts. Il y ajoute 84 réalisations avec la Hongrie pour 85 sélections. Il est deuxième au Ballon d’Or en 1961 derrière un certain Luis Suarez qui est décrit de la sorte par France Football : "L'autorité d'un duc, la précision d'un géomètre et la beauté d'un Apollon". Que dire alors d'un Puskas?

Les autres légendes du XXe siècle qui ont frôlé le trophée sans le brandir ? Just Fontaine, Francisco Gento, Laszlo Kuala ou encore Antonin Panenka. 

La cérémonie complète du Ballon d'Or 2022 sera à suivre ce lundi 17 octobre dès 18h50 sur Pickx+ Sports 1, disponible avec l'option Pickx Sports de Proximus.

Le programme de la soirée : 


  • Le tapis rouge de 18h50 à 20h15;
  • La cérémonie du Ballon d'Or 2022 de 20h30 à 22h00 à suivre sur Pickx+ Sports 1 et Pickx Live (offre de base)
  • La conférence de presse des différentes laureats dès 22h05.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top