Harvey Weinstein jugé à Los Angeles à partir de lundi

Cinéma | L'ex-producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein, déjà condamné à New York, va être jugé lors d'un nouveau procès pour viols et agressions sexuelles qui s'ouvre lundi à Los Angeles, cinq ans après les révélations sur son comportement de prédateur et le début du mouvement #MeToo.

De Belga

Partager cet article

Agé de 70 ans, le producteur de "Pulp Fiction" purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viol à New York. 

Pour ce nouveau procès à Los Angeles, une ville où il régnait autrefois en maître sur Hollywood, il est accusé d'avoir violé ou sexuellement agressé cinq femmes dans des hôtels, entre 2004 et 2013.

L'audience, qui doit durer deux mois, débutera lundi avec le choix des jurés. En juillet 2021, M. Weinstein avait plaidé non coupable lors d'auditions préliminaires devant le tribunal de Los Angeles, où il était apparu en fauteuil roulant revêtu avec sa combinaison de détenu marron.

En cas de condamnation, l'ancien magnat d'Hollywood encourt jusqu'à 140 ans de prison, en plus de sa condamnation new-yorkaise, dont l'appel a été rejeté. Il est également inculpé au Royaume-Uni pour des agressions sexuelles qui remonteraient à 1996.

Les accusations tentaculaires concernant le comportement de prédateur de M. Weinstein ont éclaté en 2017 et sa condamnation en mars 2020 à New York, suivie d'une mise sous écrou immédiate, a constitué une victoire majeure du mouvement #MeToo.

Au total, près de 90 femmes dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Rosanna Arquette ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d'agressions sexuelles, ou de viols. Mais le délai de prescription a été dépassé dans nombre de ces affaires, dont certaines remontent à 1977.

L'ancien producteur a toujours assuré que toutes ses accusatrices étaient consentantes. 

Les allégations ne sont "pas prouvées, pas crédibles et non fondées", avait déclaré son avocat Mark Werksman en juillet 2021 à la presse, plaidant qu'il n'existait aucune preuve médico-légale ou de témoin crédible pour les étayer.

- Film sur son emprise -

Lors du procès de New York, l'accusation a demandé aux jurés de croire en la parole des victimes, sans présenter des éléments médico-légaux et sans appeler de témoin à la barre.

En Californie, Harvey Weinstein est notamment accusé d'avoir violé une mannequin italienne dans un hôtel de Beverly Hills en février 2013, puis d'avoir agressé sexuellement Lauren Young, une actrice en devenir, dans la salle de bain d'un autre hôtel.

Cette dernière, la seule accusatrice à ne pas être anonyme dans cette affaire, avait déjà témoigné lors du procès de New York.

Tenir un nouveau procès à Los Angeles est essentiel pour les victimes, avait martelé l'an dernier l'avocate de plusieurs d'entre elles, en soulignant que celles-ci n'ont "jusqu'à présent eu aucun accès à la justice".

Depuis la chute de M. Weinstein, la libération de la parole provoquée par le mouvement #MeToo a fait émerger une quantité impressionnante d'accusations, débouchant sur de nombreuses procédures judiciaires. 

L'acteur Kevin Spacey est par exemple actuellement jugé à New York dans un procès civil intenté par l'acteur américain Anthony Rapp, qui l'accuse "d'agression sexuelle" quand il avait 14 ans en 1986.

Le nouveau procès de M. Weinstein coïncide également avec la première du film "She Said", qui sera présenté la semaine prochaine au New York Film Festival et retrace l'enquête des deux journalistes du New York Times sur l'emprise et les méfaits du tout puissant producteur.

Avant sa chute, son influence sur Hollywood était immense. A la fin des années 1970, il avait fondé le studio Miramax avec son frère, revendu à Disney en 1993, puis The Weinstein Company, derrière de grands succès, comme "Inglourious Basterds" de Tarantino.

Au fil des années, les films produits par Weinstein ont reçu plus de 300 nominations aux Oscars et 81 statuettes.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top