Le Brésil facile et la Chine bousculée en phase de poules de la Coupe du monde, les prochains adversaires des Belges s'imposent

Sports | Le Brésil et la Chine ont fait respecter la logique en s'imposant respectivement contre Porto Rico et les Pays-Bas lors de la 2e phase de poules de la Coupe du monde féminine de volley, jeudi à Rotterdam, aux Pays-Bas.

De Belga

Partager cet article

En début de programme, les Brésiliennes n'ont jamais été inquiétées par Porto Rico, signant un autoritaire succès 3-0 (25-11, 25-13 et 25-15). Dans la foulée, la Chine a eu besoin de cinq sets pour écarter les Oranje, portées par le public de l'Ahoy. Les Chinoises se sont finalement imposées 3 sets à 3 (22-25, 25-21, 25-15, 18-25 et 15-12) au terme d'un jeu décisif tendu.

Mercredi, la Belgique a parfaitement bien réagi après sa défaite enregistrée mardi contre le Japon en s'imposant en trois sets contre l'Argentine (25-16, 25-23, 25-23). Les troupes de Gert Vande Broek croiseront la route du Brésil (FIVB 3), vice-champion olympique, samedi (17h). Les Belges ponctueront cette 2e phase contre la Chine (FIVB 5) dimanche (12h30), toujours à Rotterdam.

Au classement, la Belgique est 4e avec 15 points, derrière l'Italie (19), la Chine (17) et le Brésil (17). Suivent le Japon (15), les Pays-Bas (13), Porto Rico (6) et l'Argentine (5). Les quatre premiers de cette nouvelle poule iront en phase finale à élimination directe, à Apeldoorn et Gliwice. Les quarts de finale se joueront le 11 octobre, les demi-finales les 12 et 13 octobre et les finales le 15 octobre.

Dans la 2e phase de poules, qui se déroule jusqu'à dimanche à Rotterdam et à Lodz, les quatre équipes du groupe A issues du 1er tour (Belgique, Italie, Pays-Bas et Porto-Rico) se retrouvent dans un nouveau groupe de huit avec les quatre qualifiés du groupe D (Chine, Japon, Brésil et Argentine). Les résultats de la 1re phase de poules sont conservés.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top