Le dossier des tueurs du Brabant ne sera pas nécessairement clos en 2025

Info | Le dossier des tueurs du Brabant ne sera pas forcément clos en 2025, a assuré le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld), mercredi en commission de la Chambre. Son intention est de soumettre un texte à ce sujet en Conseil des ministres avant la fin de l'année, en vue d'un vote à la Chambre.

De Belga

Partager cet article

Entre 1983 et 1985, les tueurs du Brabant ont commis plusieurs braquages ??violents, notamment dans des grands magasins, faisant 28 morts. L'enquête devait normalement expirer 30 ans après les derniers faits, mais une modification de la loi a donné aux enquêteurs la possibilité de travailler jusqu'en 2025.

Cet été, plusieurs médias ont indiqué que, sans avancée dans les mois à venir, l'enquête prendrait bien fin en 2025.

Anja Vanrobaeys (Vooruit), Marijke Dillen (Vlaams Belang), Stefaan Van Hecke (Groen) et Sophie Rohonyi (DéFI) ont interrogé mercredi le ministre en commission Justice de la Chambre. Selon Vincent Van Quickenborne, le parquet fédéral trouve "dommageable" la manière dont les choses ont été présentées.

"L'enquête se poursuit actuellement. Diverses pistes sont encore en cours (d'investigation) et le test ADN est toujours en cours", a précisé le ministre. "Pour l'instant, 21 enquêteurs ont été nommés pour suivre le dossier. Selon le procureur fédéral, ce nombre est actuellement suffisant."

Selon Vincent Van Quickenborne, des experts examinent actuellement le délai de prescription. L'une des options consiste à le suspendre dès que l'affaire est portée devant le juge du fond. Cela s'appliquerait à toutes les affaires criminelles et pas seulement à cette enquête-ci.

Le ministre a annoncé qu'il présentera un projet de loi au Conseil des ministres en novembre ou décembre. Après avis du Conseil d'État, le texte pourrait alors être rapidement examiné par la Chambre.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top